"Les Petits princes" : quand l'esprit Guy Roux s'invite au cinéma

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/06/2013 à 18H09, publié le 07/06/2013 à 17H30
Paul Bartel dans "Les petits princes" de Vianney Lebasque

Paul Bartel dans "Les petits princes" de Vianney Lebasque

© EuropaCorp Distribution

Guy Roux, le mythique entraîneur de l'AJ Auxerre, a emmené les jeunes poulains du centre d'entraînement à l'avant-première du premier film de Vianney Lebasque, "Les Petits princes", avec notre Eddy Mitchell national en entraîneur défricheur de talents. Un film qui parle de foot, mais pas que ... Sortie le 26 juin.

JB, jeune prodige de 16 ans, est le dernier à intégrer le centre de formation où évoluent les plus grands espoirs du ballon rond. Entre l'amitié, la compétition, les rivalités et son attirance pour Lila, JB va devoir se battre malgré le lourd secret qui pourrait l'empêcher d'atteindre son rêve. Distribué par Europa Corp, la firme de Luc Besson, on gage que le film devrait avoir un certain succès auprès d'un jeune public qui ne manquera pas de retrouver une partie de lui-même dans le personnage de JB. 

Reportage de F. Boutet, C. Heudes, C. Zappalá  
 
Guy Roux comme premier "fan"

Le film a bien sûr obtenu l'aval de Guy Roux, qui avant de devenir l'égérie "Cristaline", était reconnu pour ses incroyables capacités d'entraîneur à Auxerre, avec qui il a gagné deux titres de champion de France. Un grand monsieur du foot, qui trouve que le film est très fidèle à l'atmosphère des centres de formation, et devrait bien motiver les troupes pour les aider à croire au dépassement de soi. Le talent ne suffit pas. C'est dans l'adversité qu'on reconnaît les vrais champions ...

Nouveauté ?

Un film sur l'effort dans le sport et les sacrifices pour atteindre son rêve, mêlés aux tourments de l'entrée dans l'âge adulte, ce n'est pas vraiment nouveau. On pourrait presque dire que le phénomène est à la mode. On pense évidemment au film de Régis Wargnier "La ligne droite", à "Sarah préfère la course" présenté à Cannes dans la catégorie "Un certain regard" et même à "Une nouvelle chance", le "nanar" produit par Eastwood. N'oublions bien sûr pas catégorie football les nombreux films sur la même thématiques. Evidemment, on espère que "Les Petits princes", qui renoue avec la veine dramatique, viendra relever le niveau des "Seigneurs", cette pitrerie bien de chez nous qu'on a hâte d'oublier. 
"Les petits princes" - Bande annonce
Autobiographie

Mais même si le sujet n'a rien de novateur, un premier film peut apporter un vent de fraîcheur, une sorte de charme candide qui fait la beauté de l'oeuvre. Et puis il y a du vécu. Le réalisateur Vianney Lebasque connaît bien son sujet puisqu'il s'est servi de sa propre expérience en centre d'entraînement. lorsqu'il souhaitait devenir footballeur professionnel avant d'atterir sur les bancs de montages. Blessé à l'âge de 16 ans, il a du renoncer à son rêve. Le film y gagnera sans doute un aspect authentique - d'autant plus que les comédiens savaient déjà tous jouer au foot - et sonne comme une belle revanche personnelle.