"Kill your friends" : en 1997 à Londres, le tube qui tue !

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 29/11/2015 à 10H07, publié le 29/11/2015 à 09H59
Nicolas Hoult à l'affiche de "Kill your Friends"

Nicolas Hoult à l'affiche de "Kill your Friends"

© Chrysalis Films

Des producteurs cyniques, des artistes débiles, de la cocaïne dans toutes les narines… "Kill your friends" n'y va pas avec le dos de la cuillère pour décrire le milieu de la production musicale anglaise, à la fin des années 90. Percutant, même si l'intrigue policière n'est pas d'un intérêt majeur…

La note Culturebox

3
3/5
Jusqu'à présent, Owen Harris s'était surtout fait un nom dans la réalisation de séries ("Black Mirror", "Misfits" ou "Journal intime d'une call girl"). Pour son premier long-métrage, il a choisi de frapper fort en adaptant le roman saignant de John Niven, qui connaît bien le milieu musical pour avoir travaillé durant une décennie chez London Records. Attention, pas de quartiers : on ne croise dans "Kill your friends" que des personnages antipathiques, incompétents ou carrément demeurés. Parfois les trois.

Musiciens, producteurs, auteurs, assistantes… Tous partagent un point commun : une consommation immodérée de cocaïne et plus généralement de tous les produits dopants, susceptibles de leur offrir le semblant de créativité que tout le monde attend d'eux. On navigue dans l'univers d'Irvine Welsh ("Trainspotting", "Porno"….),

Le trait est épais, la critique est permanente, virulente… et parfois un peu désespérante. Prenons le cas de Steven Stelfox. Ce jeune ambitieux occupe un poste en or dans un label, à la direction artistique. Problème, la musique l'ennuie profondément, et tout ce qui le motive c'est de prendre la place de son chef. Rien à sauver chez lui, il n'est que calculs et cynisme déshumanisé. Au bout d'une heure et demie, sa compagnie finit par être un peu lassante.
Nicholas Hoult dans "Kill your Friends". © Chrysalis Films

Adossé à une intrigue policière aussi peu crédible que vraiment passionnante, ce film anglais est sauvé par son humour vigoureux. Caricaturaux, les personnages sont souvent très drôles. Les virées dans les festivals ou au Midem cannois sont savoureuses, les dialogues crus et bien balancés. Lorsque Stelfox envoie s'écraser sur un mur le vinyle dont il a à peine écouté trois notes, son jeune assistant hurle "Eh, c'est une édition limitée". Le producteur rétorque "Qu'il la limite d'abord à sa famille !" Dans les studios londoniens dépeints dans ce film, la musique est assurément la dernière préoccupation de ces "chasseurs de talents" !
Nicholas Hoult dans "Kill your Friends" - © Chrysalis Films

Kill your Friends Thriller-comédie anglaise d'Owen Harris – Avec Nicholas Hoult, Craig Roberts, James Corden, Tom Riley et Joseph Mawle – Durée : 1h43 – Sortie : 2 décembre 2015

Synopsis : Londres, 1997. Les groupes pop comme Blur, Oasis et Radiohead règnent en maîtres sur les ondes. Steven Stelfox, 27 ans, producteur de musique et chasseur de talents, écrase tout sur son chemin. Poussé par sa cupidité, son ambition et une quantité inhumaine de drogues, il recherche le prochain tube. C’est l’époque d’un business où les carrières se font et se défont. A mesure que les tubes se font plus rares, il tente de désespérément de sauver sa carrière.