Kad Merad dans "Disparue en hiver": "J'adore les histoires sombres"

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/01/2015 à 14H59, publié le 19/01/2015 à 12H23
Kad Merad : " Disparue en hiver est un film sombre et lumineux"

Kad Merad : " Disparue en hiver est un film sombre et lumineux"

© Capture d'image France3/Culturebox

"Disparue en hiver" sort en salle ce mercredi 21 janvier 2015. Kad Merad et Géraldine Pailhas sont à l’affiche d’un polar réalisé par Christophe Lamotte. Invité du JT de France 2, Kad Merad est également revenu sur les attentats meurtriers de Paris.

Kad Merad fait actuellement la promotion de son dernier film, "Disparue en hiver", qui sortira dans les salles obscures mercredi 21 janvier. Sur le plateau de France2 dimanche soir, l’acteur de « Bienvenue chez les Chtis »  a bien sûr évoqué son actualité cinématographique mais il s’est aussi confié à Laurent Delahousse à propos des attentats meurtriers des 7 et 9 janvier derniers.
 
"Il faut des tragédies pareilles pour se rendre compte qu’on est un peuple uni"  
 
A Laurent Delahousse, Kad Merad a expliqué comment il avait eu connaissance de la tuerie de Charlie Hebdo : "J’étais en train de déjeuner avec mon fils quand j’ai appris l’attentat contre Charlie Hebdo. J’ai lu ce qui c’était passé en consultant mon téléphone portable. À ce moment-là mon fils de dix ans me regarde, j'ai vu dans ses yeux à quel point je devais être choqué et horrifié. Je n'avais jamais vu son regard sur moi comme cela". Dans le JT de 20 heures, l’acteur dit également avoir été "ému par le courage et la détermination de François Hollande". Il a aussi évoqué la réaction unanime des politiques : "Toute la classe politique a salué le discours de Manuels Valls. Il est donc possible d’arriver à une unité nationale. Malheureusement, il faut qu’il y ait des choses et des tragédies pareilles pour s’en rendre compte. Je suis utopiste, j’ai envie d’y croire, ne serait-ce que pour mon fils".
 
« Disparu en hiver » : le synopsis du film  
La mort de leur fille a séparé Daniel et Christine, qui formaient un couple uni. Ils s'entendent encore très bien. Christine prend la vie à bras le corps, c'est moins le cas de Daniel, encore endeuillé. Quand elle annonce à Daniel qu’elle vient d’accepter une promotion et qu’elle va quitter la région, il accueille la nouvelle stoïquement. Le lendemain, Daniel, ex-flic recouvreur de dette, rend visite à Mme Savielli. Mais voilà, la vieille dame est inquiète. Laura, sa petite-fille, avec qui elle vit, a disparu depuis deux jours. Daniel la connaît : elle lui a proposé "ses services" il y a peu. Emu, Daniel décide de mener sa propre enquête...
 
Kad Merad renoue avec les films dramatiques 

L’humour est la marque de fabrique de Kad Merad. Pour preuve ses nombreuses comédies tournées ces 15 dernières années, dont le film « Bienvenue chez les ch'tis » qui lui a apporté la notoriété. Mais curieusement, c’est un film dramatique qui lui a offert, à ce jour, son premier César. Avec « Je vais bien, ne t’en fais pas », Kad Merad a remporté en 2007 le César du meilleur acteur dans un second rôle. Aujourd’hui, « Disparue en hiver » replonge le comédien dans cet univers dramatique : "Je pense que j’ai plutôt une disposition pour la comédie, explique le comédien. Mais j’adore aussi les histoires plus sombres, plus dramatiques. Dans ce film, il y a aussi beaucoup d’espoir et de lumière".