INTERVIEW. Anne Dorval : "Réparer les vivants est un film lumineux"

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 31/10/2016 à 12H05, publié le 31/10/2016 à 12H02
Anne Dorval, Emmanuelle Seigner, Alice Taglioni au 20 heures de France2

Anne Dorval, Emmanuelle Seigner, Alice Taglioni au 20 heures de France2

© France2/culturebox

"Réparer les vivants", le best seller de Maylis de Kerangal porté à l'écran par Katell Quillévéré sort en salles le 1er novembre. Avec pour toile de fond le don d'organes, "Réparer les vivants" apparaît comme un hymne à la vie porté entre autres par Anne Dorval, Emmanuelle Seigner et Alice Taglioni qui étaient les invitées du 20 heures de France2.

"Réparer les vivants" a connu un très gros succès en librairie. Il a été vendu à 150 000 exemplaires. Puis il a été adapté au théâtre par Emmanuel Noblet. A chaque fois, le livre de Maylis de Kerangal a ému, lecteurs et spectateurs.
Pour son troisième long-métrage,  Katell Quillévéré a décidé de porter à l'écran l'histoire de Claire (Anne Dorval) qui, en attente d'une greffe cardiaque, s'apprête à recevoir le "coeur amoureux" d'un jeune surfer victime d'un accident de la route.

Anne Dorval, Alice Taglioni et Emmanuelle Seigner étaient, hier, les invitées de Leila Kaddour au 20 heures de France2



"Les gens peuvent penser que c'est un film sur le don d'organes, un peu clinique mais c'est pas ça du tout" prévient d'emblée Anne Dorval (Claire) qui hérite du coeur de Simon. "Réparer les vivants" est un film extrèmement lumineux qui parle de la vie avant de parler de la mort".

L'actrice québécoise Anne Dorval joue le rôle de Claire. Au début du film "elle se pose beaucoup de questions sur l'inconnu. Qu'est ce qu'on va être avec le coeur d'un autre qui a eu une vie propre et dont on profite? Il y a toute une culpabilité et en même temps tout cet instinct de survie cette volonté de vivre!".

Alice Taglioni interprète le rôle de la pianiste concertiste dont Claire est amoureuse. C'est un personnage qui n'existait pas dans le roman de Maylis de Kerangal. 
"Un rôle comme ça je n'en avais jamais eu un. En plus ça m'a donné la possibilité de jouer du piano. C'était un mélange formidable pour moi... C'est un rôle qui symbolise l'amour, l'espoir, la force de continuer, de croire encore à l'amour. La force d'accepter ce coeur...Mon personnage symbolise ce retour à la vie, ce lien de solidarité entre les gens".

Emmanuelle Seigner qui interprète le rôle de la mère de Simon avait très peur de jouer ce rôle mais elle ne le regrette pas. Elle a été touchée par l'accueil du public dans les différentes avant-premières : "Les gens sont très bouleversés, très touchés. Il faut dire que c'est un film d'une grande humanité et qu'en ce moment c'est important".

Impressionnées par Katell Quillévéré

Les trois actrices sont tombées sous le charme de Katell Quillévéré.  "Au départ je ne voulais pas jouer ce rôle , confie Emmanuelle Seigner. Mais quand je l'ai rencontrée j'ai eu un coup de foudre. Elle est tellement intelligente, talentueuse...on a envie de l'épouser, de tout lui donner". "Elle est étonnante renchérit Alice Taglioni, on lui donnerait le bon dieu sans confession mais elle a une autorité et une exigence  pour son âge (36 ans) qui sont incroyables"

"Réparer les vivants", real. Katell Quillévéré. Sortie le 1er novembre

Tout commence au petit jour dans une mer déchaînée avec trois jeunes surfeurs. Quelques heures plus tard, sur le chemin du retour, c’est l’accident. Désormais suspendue aux machines dans un hôpital du Havre, la vie de Simon n’est plus qu’un leurre. Au même moment, à Paris, une femme attend la greffe providentielle qui pourra prolonger sa vie…