Hugh Jackman plus animal que jamais dans "Wolverine : le combat de l'immortel"

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/07/2013 à 20H27, publié le 22/07/2013 à 11H48
Hugh Jackman alias Logan vend chèrement sa peau dans Wolverine : le combat de l'immortel

Hugh Jackman alias Logan vend chèrement sa peau dans Wolverine : le combat de l'immortel

© Twentieth Century Fox France

Citoyens attention. Wolverine ressort les griffes pour un nouvel opus. Et autant vous dire que la bête, blessée et vulnérable, est plus dangereuse que jamais. Dans "Wolverine : le combat de l'immortel", le musculeux Hugh Jackman prête une fois de plus son corps au plus célèbre des X-Men. Petit problème, notre ami Logan ne se régénère plus comme avant... Les vilains vont être contents...

Griffes en titane, bestialité, pulsions de vengeance et humanisation progressive, mais surtout un bon cocktail de baston et d'effets pyrotechniques, on commence à connaître la recette pour rentabiliser Wolverine, l'emblématique X-Men traqué par le gouvernement. 4 ans après Gavin Hood et son décevant "X-Men Origins : Wolverine", spectaculaire et vaguement introspectif, le mutant reprend du service (il a même gagner le pouvoir de la 3D !) et se frotte au Samouraï d'argent, figure de la pègre japonaise, qui se révèle un redoutable adversaire. A découvrir mercredi dans les salles obscures.

Reportage de P. Deschamps, C. Wolff   
Côté pitch, Logan, alias Wolverine, se retrouve une nouvelle fois tout seul pour faire face à son passé. Perdant peu à peu ses pouvoirs de régénération, il devient plus fragile et tend à s'humaniser. Mais pas le temps de goûter à cette nouvelle vie offerte sur un plateau d'argent, le héros est attaqué de toute part et doit lutter pour survivre. Petite divulgation : on retrouvera avec un plaisir non dissimulé la sulfureuse et vénéneuse Vipère, l'une des super-vilaines de l'univers Marvel ainsi que Jean Grey, l'éternel amour de Wolverine.
"Wolverine : le combat de l'immortel" : nouveau trailer
Exotisme 

Le réalisateur James Mangold, nouveau venu dans l'univers des X-Men, s'est amusé à instiller au film un certain exotisme, ce dernier étant censé se dérouler presque intégralement au Japon. Une aubaine pour Mangold, le réalisateur d'"Identity"et "Walk The Line", qui avait envie de se frotter à la culture nippone et à ses incontournables genres cinématographiques : le kung-fu et le chambara (le film de sabre).

Avec 100 millions de dollars de budget et la puissance de Jackman, on ne devrait pas être trop déçu côté action. Après le très bon "X-Men : Le Commencement", dont le second volet est en préparation, on attend beaucoup de ce nouveau prequel de l'homme aux étranges rouflaquettes et aux griffes meurtrières devenu un "ronin", un samouraï sans maître. Espérons simplement que le revêtement "approche psychologisante" ne cache pas un bijoux en toc...