Gaspar Noé considère normale l'interdiction de "Love" aux moins de 16 ans

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Publié le 03/07/2015 à 19H59
Karl Glusman, Aomi Muyock et Klara Kristin dans "Love"

Karl Glusman, Aomi Muyock et Klara Kristin dans "Love"

© Wild Bunch Distribution

Le cinéaste Gaspar Noé et son distributeur Vincent Maraval ont jugé "normal" que la commission de classification des films ait confirmé cette semaine l'interdiction aux moins de 16 ans du long métrage "Love", aux scènes de sexe crues.

"La commission a revoté pour l'interdiction aux moins de 16 ans, ce que je trouve super normal", a déclaré Gaspar Noé à l'AFP. "Mais il ne faut pas non plus que ces histoires de classification dénaturent la nature du film", a-t-il estimé. "Le film est moins choquant qu'+Irréversible+ que j'ai fait, ou surtout que +Salo+ de Pasolini (librement adapté de l'oeuvre du marquis de Sade, ndlr) qui est interdit aux moins de 16 ans, et qui est multi-diffusé, multi-vendu depuis longtemps."

Dans un premier avis, la commission de classification des oeuvres du Centre national du cinéma (CNC) avait recommandé l'interdiction aux moins de 16 ans de "Love". Mais la ministre de la Culture Fleur Pellerin avait demandé que le film repasse devant la commission, au grand dam de Wild Bunch, coproducteur et distributeur de "Love", qui craignait une classification plus sévère. Il s'agissait de "pouvoir disposer d'une majorité claire et d'un avis précisément motivé" en cas de recours, a-t-on expliqué au ministère vendredi.

La commission a confirmé cette semaine son premier avis, et la ministre a signé depuis le visa d'exploitation du film, a-t-on précisé. "On est content, mais on ne peut pas se réjouir de la normalité", a réagi de son côté Vincent Maraval, l'un des fondateurs de Wild Bunch. "Le problème n'est pas résolu pour autant", a-t-il ajouté. "Il existe un texte de loi que saisit régulièrement une association, Promouvoir, qui essaie de faire augmenter les interdictions", a-t-il poursuivi. "Soit il faut le réformer, soit il faut dire que la commission fait foi quand elle donne un avis", a-t-il dit.

Le 1er juin, le Conseil d'Etat avait annulé le visa d'exploitation du film d'horreur américain "Saw 3 D Chapitre final", interdit jusque là aux moins de 16 ans, à la suite d'une demande de l'association Promouvoir, qui avait estimé que le film devrait être interdit à l'ensemble des mineurs. Présenté hors compétition à Cannes, "Love", qui se veut un "mélodrame contemporain" en 3D incluant de multiples scènes de sexe, sortira en France le 15 juillet.