"Django", le biopic minutieux du créateur du jazz manouche

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/04/2017 à 12H44, publié le 23/04/2017 à 12H43
Reda Kateb (à droite) dans "Django"

Reda Kateb (à droite) dans "Django"

© Fidelité - ArchesFilms

"Django", le film qui raconte une partie de la vie de Django Reinhardt sortira en France le 26 avril 2016. Il est signé par Etienne Comar qui a confié le rôle titre à Reda Kateb. Il a choisi de traiter les années de l'occupation allemande. A cette époque de persécutions des populations nomades, le créateur du jazz manouche continue de jouer. Se sentant menacé, il tente de rejoindre la Suisse.

On a aujourd'hui du mal à se représenter l'importance qu'avait prise Django Reinhardt sur la scène musicale française juste avant le seconde guerre mondiale. Cet ancien violoniste puis joueur de banjo dans les bals a su tirer parti d'un terrible drame. Il ressort en effet mutilé de l'incendie de sa roulotte en 1928. Il y perd plusieurs doigts de la main gauche et chacun le pense perdu pour la musique. C'est justement de cette nouvelle contrainte que va venir la réussite. Sur son lit d'hôpital, il y restera dix-huit mois, Jean Reinhardt (c'est son vrai nom) va mettre au point une nouvelle technique de guitare, en plaquant les accords avec l'index, le majeur et le pouce !

Reinhardt marie les rythmes américains à la tradition tsigane et invente ce qui s'inscrira dans l'histoire de la musique comme le jazz manouche. Au fil des années, Il joue avec les plus grands, français ou américains, et tourne dans toute l'Europe. Après avoir vainement tenté de passer en Suisse au tout début de la guerre, il continue de jouer et enregistre même ce qui restera son plus grand succès "Nuages", en 1940.

Reportage : P. Deschamps / C. Vignal / M. Renier / B. Pavelek / S. Ripaud

C'est sur cette période que porte le film d'Etienne Comar. En 1943, se sentant menacé par la menace nazie qui pèse sur les gens du voyages, même sédentarisés, Reinhardt tente à nouveau de passer en Suisse. Toujours sans y parvenir.

De retour à Paris, il ouvre un cabaret "Chez Django Reinhardt". Il poursuivra sa carrière après guerre, jouant avec les plus grands et en particulier avec Stéphane Grappelli dont le violon s'accordait si bien avec sa guitare au sein du Hot Club de France. Lors d'une immense tournée américaine, il a du renoncer à rencontrer les jazzmen qu'il rêvait de connaître personnellement. Revenu déçu, il ralentit son activité musicale sans jamais l'interrompre. Il devait enregistrer son dernier disque en 1953, un mois avant de mourir, emporté à 43 ans par une hémorragie cérébrale. Entre temps, Django avait su saisir toutes les évolutions de la musique de son temps et les intégrer dans son propre style sans jamais en perdre l'originalité.

Django

SYNOPSIS ET DÉTAILS
En 1943 pendant l’occupation allemande, le tsigane Django Reinhardt, véritable “guitare héros”, est au sommet de son art. Chaque soir il fait vibrer le tout Paris aux Folies Bergères avec sa musique swing alors qu’en Europe, ses frères sont pourchassés et massacrés. Lorsque la propagande allemande veut l’envoyer à Berlin pour une série de concerts, il sent le danger et décide de s’évader en Suisse aidé par une de ses admiratrices, Louise de Klerk. Pour passer, il se rend à Thonon-les-Bains, sur les bords du lac Léman, avec sa femme enceinte, Naguine et sa mère Negros. Mais l’évasion est plus compliquée que prévue, Django et ses proches se retrouvent plongés dans la guerre. Pendant cette période dramatique, il n’en demeure pas moins un musicien exceptionnel qui résiste avec sa musique, son humour, et qui cherche à approcher la perfection musicale...
Film français d'Etienne Comar avec Reda Kateb et Cécile de France
1h55
Sortie française le 26 avril 2017

 

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !