"Dégradé" des frères Nasser, un salon de coiffure devient une métaphore de Gaza

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/04/2016 à 16H07, publié le 27/04/2016 à 16H53
aperçu de l'affiche du film "Dégradé"

aperçu de l'affiche du film "Dégradé"

© dr

"Dégradé", le dernier film d'Arab et Tarzan Nasser est sorti le 27 avril. A Gaza, un petit groupe de femmes se retrouve bloqué dans un salon de beauté alors qu'à l'extérieur la guerre fait rage entre le Hamas et la mafia locale. Entre épilation et discussion sérieuse, le film est une métaphore de la situation de Gaza, mais aussi de celle de la femme dans le monde arabe.

C'est un peu la caverne de Platon appliquée à Gaza. Quand les hommes de "La République" ne voyaient que l'ombre de la réalité sur le fond de la caverne, les femmes de "Dégradé" ne perçoivent des affrontements extérieurs que les bruits de tirs et les explosions. Tout est filtré par la vitrine du salon de beauté d'où elle ne peuvent sortir sous peine de risquer leur vie. Alors que des actes de guerre opposent à l'extérieur le Hamas et des mafieux qui ont volé le lion du zoo (anecdote réelle), ces femmes discutent de leur vie, propos graves ou futiles qui prennent une résonance toute particulière dans ce contexte. La bande son de "Dégradé" a été produite dans un studio de Rennes.

Reportage : A. Castier / B. Van Wassenhove / V. Bars / T. Descamps

Métaphore

"Dégradé" se présente comme une métaphore de la situation de Gaza, où les habitants vivent enfermés comme les femmes du film dans leur salon de coiffure. Mais aussi une métaphore de la place de la femme dans le monde arabe. Le salon est l'un des seuls lieux où elle peut être elle-même, dévoilée et offerte au regard. C'est aussi un endroit où se retrouvent des femmes ne se rencontrant pas ailleurs. C'est d'ailleurs l'un des ressorts dramatiques de ce film qui se déroule essentiellement dans ce huis-clos et qui, comme chaque fois dans cette configuration, permet aux personnalités de s'exprimer.  Elles démontrent ainsi que la résistance peut prendre des formes diverses et que passer une heure dans un salon de beauté dans Gaza peut aussi en être une.

Les frères Nasser à Cannes en 2015

Les frères Nasser à Cannes en 2015

© BERTRAND LANGLOIS / AFP

Colosses barbus

Les frères Nasser, Arab et Tarzan (de leurs vrais prénoms Mohammed et Ahmad) sont deux colosses barbus natifs de Gaza, jumeaux quasiment identiques, au regard sombre souligné de kohl. Menacés, ils ont été contraints de quitter leur terre natale. "Dégradé", leur premier long métrage, a été tourné en Jordanie. Il était présenté l'année dernière à Cannes dans le cadre de la semaine de la critique.

L'affiche de "Dégradé"

L'affiche de "Dégradé"

© DR