"Churchill" : le biopic qui met en lumière les ténèbres de l'homme d'Etat

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/05/2017 à 16H59, publié le 31/05/2017 à 15H47
Une Churchill © Capture d'écran du film "Churchill"

Winston Churchill, l'homme fort qui a marqué à jamais l’Histoire du Royaume-Uni était en réalité sujet à la dépression. Traumatisé par la bataille des Dardanelles, il a failli faire annuler l’opération du débarquement de Normandie. "Churchill", film biographique sorti en salle aujourd’hui, raconte les 48 heures précédant le débarquement. Lever de voile sur l’homme de qui on pensait tout savoir.

Né en novembre 1897, Winston Leonard Spencer-Churchill est un Britannique avide de reconnaissance et de gloire. Il débute sa carrière militaire en allant combattre en Inde. Mais très vite, il devient correspondant de guerre et écrivain, pour raconter les combats auxquels il participe. Avant la première guerre mondiale, il est d’abord ministre du Commerce, puis de l’Armement. L’entre deux guerre est pour lui le temps d’une pause, puisqu’il n’occupe aucune fonction ministérielle. A la suite de la démission de Neville Chamberlain, il devient Premier Ministre britannique à 65 ans le 10 mai 1940.

Reportage : France 3 - D.Wolfromm / B.VIgnais / P.Crapoulet / O.Pergament
Si on a de Churchill l’idée d’un homme fort et inébranlable, c’est en réalité un personnage sujet à la dépression qui se cache derrière le roc au cigare que l’on connaît. Traumatisé par la bataille des Dardanelles, le Britannique s’inquiète du devenir des soldats lorsqu’ils sont exposés à de grands risques. La bataille des Dardanelles, opposant les Turcs aux Britanniques en 1915 s’est soldée par un échec cuisant de l’armée britannique.

Churchill était à l’origine du plan d’attaque des Alliés contre l’Empire Ottoman et il a, de ce fait, longtemps été tenu pour responsable de la mort de 34 000 soldats pendant les combats. Béatrix de L'Aulnoit est l’auteure de "Clémentine Churchill : La femme du Lion". Elle raconte l’obscurité dans laquelle est tombé Winston Churchill : "Il y a eu 100 000 morts en tout durant cette opération et toutes les familles anglaises ont été touchées. Il a été hué aux communes. Il était sujet à ces dépressions quand la vie d’hommes étaient en jeu."
Extrait du film "Churchill", en salle le 31 mai.

Extrait du film "Churchill", en salle le 31 mai.

© France 3 / Culturebox
Marqué à vif par l’échec de l’opération en Turquie, Winston Churchill retombe en dépression lors de la préparation du débarquement de Normandie, pendant la seconde guerre mondiale. Il entretient des relations conflictuelles avec Eisenhower, président des Etats-Unis. "Eisenhower n’en voulait pas : Churchill n’était pas un chef militaire, pas un général, il était premier ministre. A la limite il était presque plus écrivain, un correspondant de guerre qu’un soldat", raconte Béatrix de l’Aulnoit. L’apogée de la tension se fait ressentir au tournant de la seconde guerre mondiale, lorsqu’il a fallu que les Alliés mettent au point le débarquement de Normandie. C’est cette période stressante et angoissante pour l’homme d’Etat britannique que raconte le film "Churchill".
Réalisé par Jonathan Teplitzky, à qui l'on doit "Burning Man" en 2011 et "The Railway Man" en 2013, "Churchill" sort en salles ce mercredi. Le film revient sur les quarante-huit heures qui ont précédé le débarquement de Normandie et les tourments de Winston Churchill, hanté par ses souvenirs de la première guerre mondiale.
Extrait du film "Churchill", en salle le 31 mai.

Extrait du film "Churchill", en salle le 31 mai.

© Capture d'écran du film "Churchill"
Brian Cox jour le rôle de Churchill, Miranda Richardson celui de sa femme, et John Slattery interprète Dwight Eisenhower.