"Ce sentiment de l'été" : Berlin-Paris-New York, le retour vers la lumière

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Publié le 14/02/2016 à 10H19
Judith Chemla et Anders Danielsen Lie dans "Ce sentiment de l'été"

Judith Chemla et Anders Danielsen Lie dans "Ce sentiment de l'été"

© Pyramide Distribution

D'une ville à l'autre, Mikhaël Hers filme le deuil avec pudeur et porte un regard original et inspiré sur les trois métropoles. Son film intimiste bénéficie d'une belle alchimie entre ces lieux et des comédiens habités.

La note Culturebox

4
4/5
Que faire du reste de sa vie ? Lorsque sa compagne meurt brutalement, Lawrence, un jeune américain, se retrouve submergé par une sensation de vide et d'inutilité. Le voilà seul à Berlin, où il partageait la vie de Sasha, la Française. Marcher, se perdre dans les parcs qu'elle aimait. Parler d'elle avec sa sœur Zoé, dont la ressemblance le trouble. Couper les ponts, se reconstruire.

Et voici Lawrence à Paris, un an plus tard, où il retrouve Zoé, qui est libre désormais, qui l'attend et l'encourage. Une autre année passe, et c'est le retour à New York et ses repères. Avec, peut-être, enfin un nouveau départ.
Tourné sur pellicule, en super 16, ce film doux et intimiste, regarde les trois villes (et les rives du lac d'Annecy) avec une grâce indéniable. La douleur de l'absence est omniprésente mais Mikhaël Hers l'observe avec une pudeur élégante. Pas de leçons ni d'effets, il filme la vie qui va et revient, ces routes qui se présentent, qu'on empruntera ou pas. Sur les toits de New York, The Undertones scandent leur hymne punk "Teenage Kick" et c'est le moment que choisira Lawrence pour sortir de sa prostration.
Anders Danielsen Lie dans "Ce sentiment de l'été" © Nord Ouest Production
Anders Danielsen Lie campe cet homme en deuil, qui ne se dépare jamais de sa douceur et de son élégance, toujours un peu distant, même dans les moments les plus durs. Sur son chemin, Judith Chemla est magnifique, plus explosive, d'un naturel assez exceptionnel. "Ce sentiment de l'été" est une réussite fragile et solaire.
Judith Chemla dans "Ce sentiment de l'été" © Nord Ouest Production

LA FICHE

Drame de Mikhaël Hers – Avec Anders Danielsen Lie, Judith Chemla et Marie Rivière - Durée : 1h46 – Sortie : 17 février 2016 Synopsis : Au milieu de l'été, Sasha, 30 ans, décède soudainement. Alors qu'ils se connaissent peu, son compagnon Lawrence et sa sœur Zoé se rapprochent. Ils partagent comme ils peuvent la peine et le poids de l'absence, entre Berlin, Paris et New York. Trois étés, trois villes, le temps de leur retour à la lumière, portés par le souvenir de celle qu'ils ont aimée.