Sortie du film "Waste land" : des poubelles de Rio au musée

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 25/03/2011 à 09H11
Sortie du film "Waste land" : des poubelles de Rio au musée

Sortie du film "Waste land" : des poubelles de Rio au musée

© Culturebox

La cinéaste britannique Lucy Walker a filmé pendant trois ans le processus créatif d'un photographe plasticien brésilien dans les bidonvilles de son pays. A partir des photos représentant les pauvres gens qui vivent du recyclage, Vik Muniz réalise d'immenses portraits dans lesquels il inclut les déchets issus  des décharges sur lesquelles vivent ses modèles. "Waste land" sort sur les écrans le 23 mars 2011.

On les appelle des "catadores". Au Brésil, ils vivent du recyclage des monceaux d'ordures sur lesquels ils passent leur vie. Longtemps avant que les pays qui ne connaissent pas la misère de masse ne découvrent le tri sélectif, les pauvres du monde entier, de l'Afrique à l'Amérique du Sud en passant par l'Asie savaient reconnaître dans un tas d'immondices ce qui pourrait, une fois récupéré, être revendu et leur rapporter de quoi  ne pas mourir de faim.
Au delà de l'illustration d'une démarche artistique, le film de Lucy Walker nous emmène au coeur d'une société en marge de la nôtre, à la fois parasite et salutaire. Elle vit de nos excès et nous aide à les "digérer". Dignité et entraide naissent d'ailleurs plus facilement sur ce terreau de récupération que dans nos plates-bandes bien irriguées. Ce film généreux nous apprend que s'il y a une honte, ce n'est pas, assurément, d'appartenir à ce monde qui vit de l'ordure mais plutôt d'être de ceux qui acceptent que cela existe.

- A voir aussi sur Culturebox :
- Women are heroes : JR, de la banlieue et d'ailleurs
- Smael, un graffeur brésilien à la Prévoté
- Le Charentais Fabrice Pressigout est sculpteur récupérateur