Romy ne s’est pas suicidée, affirme une amie de l'actrice

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 02/06/2012 à 12H43
Romy Schneider sur le tournage de "Fantôme d'amour" de Dino Risi, en 1981

Romy Schneider sur le tournage de "Fantôme d'amour" de Dino Risi, en 1981

© Frontoni / SIPA

Romy Schneider « ne s’est pas suicidée », affirme dans les colonnes du Parisien la créatrice de mode Claude Pétin, amie de l’actrice mythique décédée il y a trente ans

Claude Pétin explique avoir quitté Romy Schneider (1938-1982) peu avant sa mort dans la nuit, après l’avoir raccompagnée chez elle à l’issue d’une soirée passée en compagnie de son mari et du compagnon de l’actrice, son beau-frère Laurent Pétin.

La police avait conclu à une mort naturelle
"Elle est morte d'un arrêt cardiaque. Le tubage effectué après sa mort a montré qu'elle n'avait pas absorbé de poison. Un commissaire de police a dressé un procès-verbal. Il a écrit : ‘Cette mort est d'origine naturelle’",  souligne-t-elle dans l’édition de samedi du quotidien. La justice avait mentionné à l’époque la présence de médicaments et d’alcool dans l’appartement.

"On a encore passé une heure à parler. Elle a bu de l'eau. Elle avait arrêté de boire et avait toujours une bouteille d'eau à proximité. Elle était heureuse parce qu'elle devait faire la une de VSD comme ‘la femme la plus séduisante de l'année’", explique encore Claude Pétin.

Cette proche trouve "incompréhensible" que la justice ait pu mentionner la présence d'alcool ou même de médicaments dans le bureau de l'actrice au moment de la mort.

Romy Schneider avait arrêté de boire
"De l'alcool, c'est incompréhensible. Je répète : elle ne buvait plus que de l'eau. Il y avait une boîte vide de Lexomil ou un médicament de ce genre dans la corbeille de la salle de bains, mais cela ne veut rien dire", selon son amie.

Claude Pétin souligne que l'actrice avait même refusé cette nuit-là de prendre le demi-cachet de tranquillisant qu’elle lui avait proposé. "Si elle a refusé mon tranquillisant, ce n'est pas pour en prendre un autre après", souligne-t-elle.

Pourquoi avoir gardé le silence si longtemps ? "Depuis sa mort, je n'avais pas voulu parler aux journalistes en souvenir de Romy, qui en voulait à une certaine presse pour avoir raconté en détail la mort de son fils David", affirme-t-elle.

Le Parisien publie une copie du procès-verbal de police daté du 29 mai 1982 qui affirme que "cette mort est d'origine naturelle", alors que la presse à l'époque a relayé la thèse d'un suicide.

30 ans après sa mort, l'actrice franco-allemande Romy Schneider reste mythique aussi bien en Autriche où elle est née, qu'en Allemagne où elle a entamé sa carrière et en France où elle s'est épanouie sur le plan artistique.