Festival de Saint-Sébastien : le grand retour d'Alejandro Amenabar

Par @Culturebox
Publié le 19/09/2015 à 13H41
Alejandro Amenabar s'adresse au public lors de la cérémonie d'ouverture du 63e festival de cinéma de Saint-Sébastien (18 septembre 2015)

Alejandro Amenabar s'adresse au public lors de la cérémonie d'ouverture du 63e festival de cinéma de Saint-Sébastien (18 septembre 2015)

© Juan Herrero / Epa / Newscom / MaxPPP

Après six années d'absence, le réalisateur hispano-chilien Alejandro Amenabar a retrouvé son public vendredi soir avec "Régression", présenté en avant-première pour l'ouverture du Festival international de cinéma de Saint-Sébastien, dans le nord de l'Espagne.

Succédant, après une longue pause, à "Agora" (2009), la nouvelle livraison du réalisateur de "Mar Adentro", Oscar du meilleur film étranger en 2004, très attendue, a été accueillie par des acclamations.

"Regression" d'Alejandro Amenabar : la bande-annonce

"Il commence comme un film de terreur, puis c'est un thriller et il se termine comme un drame", a déclaré à propos de son nouveau film Alejandro Amenabar, 43 ans, s'adressant aux journalistes après la projection.

Amenabar : "Je n'arrivais pas à trouver l'histoire"

Le cinéaste hispano-chilien a expliqué son absence prolongée. "Je n'arrivais pas à trouver l'histoire", a-t-il confié en marge de l'ouverture de ce festival, l'un des plus importants du monde hispanophone, où seront présentés 22 films en sélection officielle, dont 17 participent à la compétition pour la "Concha de Oro", le coquillage d'or.

"Je voulais faire un film de terreur, et j'ai pensé à des excuses de narration comme les vampires, le satanisme, le diable, je pensais que c'était un bon point de départ (...) mais je n'arrivais pas à trouver un nouvel angle."

Puis Amenabar a découvert le phénomène des abus liés aux rituels sataniques, "un phénomène très fort aux États-Unis dans les années 1980 et j'ai vu que cela me permettait de continuer à travailler le projet sur le satanisme et d'explorer aussi l'univers mental", a-t-il expliqué, cité par l'AFP.

Retour au thriller psychologique

L'Américain Ethan Hawke et la Britannique Emma Watson sont les principaux protagonistes de l'oeuvre, projetée hors compétition. Elle conte l'histoire d'une jeune femme (Emma Watson) qui accuse son père d'un crime. Mais à l'arrivée du détective Bruce Kenner (Ethan Hawke), tout se complique. Amenabar revient ainsi au "thriller" psychologique, un genre qu'il avait déjà dominé avec "Tesis" ou "Ouvre les yeux".

Les frères Larrieu en lice

À Saint-Sébastien, les frères cinéastes pyrénéens Jean-Marie et Arnaud Larrieu présenteront aussi pour la première fois hors de France "21 nuits avec Pattie". Figurent également en compétition officielle pour le grand prix "The boy and the beast" ("Le garçon et la bête") du Japonais Mamoru Hosoda, "Sparrows" ("Moineaux") de l'Islandais Rúnar Rúnarsson ou "Moira" du Georgien Levan Tutberidze.

"21 nuits avec Pattie", des frères Larrieu : extrait

Cette 63e édition du festival s'achève samedi 26 septembre. Le cinéma d'Amérique latine aura toute sa place, dans la traditionnelle section "Horizons latins", où 14 films sont présentés cette année, déjà un bon cru pour le cinéma latino-américain, notamment grâce au Chilien Pablo Larrain, Grand prix du Jury à la Berlinale en février, qui ouvrira cette section avec "Le Club".