Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Pamiers se verrait bien en Hollywood-sur-Ariège

Publié le 07/01/2013 à 18H49, mis à jour le 07/01/2013 à 19H15
André Trigano, maire de Pamiers (Ariège) ici en 1998.

André Trigano, maire de Pamiers (Ariège) ici en 1998.

© Jean-Pierre Muller / AFP
Pamiers est candidate à l'installation des plus vastes studios de tournage en France, après le rejet dans l'agglomération toulousaine voisine de ce projet soutenu par un grand nom de l'industrie du cinéma américain. C'est ce qu' a dit lundi le maire de la petite ville ariégeoise, André Trigano, frère du co-fondateur du Club Med. "On est interessés et on intéresse", a-t-il ajouté.
L'entrepreneur Bruno Granja rêve de créer un grand complexe de studios avec le concours de l'Américain Raleigh, qui revendique le rang de premier exploitant de studios de cinéma indépendants aux Etats-Unis. Les studios Raleigh ont aussi contribué à la réalisation de films comme "Avatar", "Transformers", "Iron Man" ou "Twilight", et de séries comme "Les Experts Miami".

Bruno Granja a répondu à un appel à candidatures pour racheter à l'Etat, en quête d'argent frais, des terrains de l'ancienne base aérienne de Francazal, dans l'agglomération toulousaine. Ses studios, avec les services nécessaires à la production et les activités annexes de divertissement, créeraient 5.000 emplois directs, dit-il. 

Mais la préfecture de la Haute-Garonne a sèchement rejeté son offre le 4 décembre, en invoquant notamment le prix trop bas proposé pour les terrains et l'insuffisance des garanties apportées.

M. Granja a dit qu'il ne renonçait pas pour autant. La préfecture a  indiqué, elle, qu'elle renouvellerait les appels à la concurrence pour les 25  hectares sur lesquels comptait  M. Granja et 13 autres hectares de l'ancienne  base.

Cependant, le préfet Henri-Michel Comet a indiqué lundi qu'après le rejet de trois autres offres, les cartes étaient "rebattues". Ainsi, a-t-il dit, différentes hypothèses de travail sont envisagées avec les trois ministères concernés avant de relancer les appels à candidatures

Tous les lives