"Omar m'a tuer" instille le doute

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 20/06/2011 à 09H51
"Omar m'a tuer" instille le doute

"Omar m'a tuer" instille le doute

© Culturebox

Vingt ans après les faits, quasiment jour pour jour, le meurtre de Ghislaine Marchal le 24 juin 1991 à Mougins inspire un film qui sort en salles le 22 juin 2011 : "Omar m'a tuer". Le titre rappelle cette inscription en lettres de sang retrouvée sur les lieux du crime. Son réalisateur, Roschdy Zem (l'auteur de "Mauvaise foi") signe un plaidoyer en faveur d'Omar Raddad, condamné puis partiellement gracié dans cette affaire. Dans le rôle de celui que la presse a appelé "le jardinier marocain", un Sami Bouajila méconnaissable.

Pour donner vie à son personnage, l'acteur d'"Indigènes" s'est forgé un nouveau physique. Il a perdu 18 kilos pour que la ressemblance avec Omar Raddad soit la plus frappante et le résultat est stupéfiant. S'il s'inspire de sa silhouette et de sa façon de parler, - Sami Bouajila l'a d'ailleurs rencontré personnellement -, le comédien raconte pourtant qu'il ne voulait pas se faire écraser par le mythe de ce jardinier qui a fait maintes fois la une des journaux dans les années 90. Il tenait à poser un regard neuf sur cette affaire et inciter le public à découvrir un homme discret dont le destin bascule en quelques secondes.
Omar Raddad est un nouveau rôle fort pour Sami Bouajila qui à 45 ans, a campé des figures tout aussi exigeantes : un séropositif optimiste dans "Drôle de Félix", un sans-papiers naïf dans "La Faute à Voltaire" et un flic tourmenté dans "Les Témoins". L'acteur s'attèle à tous les registres : du film d'action avec "Nid de guêpes" à la comédie comme "Embrassez qui vous voudrez" et "De vrais mensonges" en passant par la romance dans "La Répétition".
Mais c'est sa participation au film de guerre "Indigènes" sur les soldats nord-africains mobilisés en 1943 qui lui vaut la plus grande attention du public et de la critique. Il obtient pour ce long-métrage, un Prix d'interprétation partagé avec Roschdy Zem, Samy Naceri, Jamel Debbouze et Bernard Blancan en 2006. En 2010, il est de nouveau à Cannes aux côtés du réalisateur Rachid Bouchareb, de Jamel Debbouze et Roschdy Zem pour "Hors-la-loi".
  
- A voir aussi sur Culturebox :
- Présumé-coupable-inspiré-par-l'affaire-d'Outreau-dans-les-salles-en-septembre-2011
- Les-épines-et-les-roses-de-Robert-Badinter
- Robert-Hossein-et-Pierre-Santini-refont-le-procès-Dominici--au-théâtre-de-Paris