Nazif Mujic, ours d'argent à la Berlinale 2013, est retourné dans son pays

Par @Culturebox
Publié le 06/06/2014 à 16H29
Nazif Mujic, ours d'argent à la Berlinale 2013, chez lui en Bosnie, en février 2013

Nazif Mujic, ours d'argent à la Berlinale 2013, chez lui en Bosnie, en février 2013

© ELVIS BARUKCIC / AFP

Ours d'argent de la Berlinale 2013, le Bosnien Nazif Mujic, débouté de sa demande d'asile en Allemagne mais qui avait essayé d'y rester malgré tout, est retourné dans son pays de son plein gré. Il vivait depuis novembre 2013 à Berlin, dans un foyer de réfugiés, avec sa femme et ses trois enfants.

M. Mujic vivait depuis dans un foyer de réfugiés, précise l'agence de presse dpa, qui cite les organisateurs du festival international du film de Berlin. Originaire de Bosnie-Herzégovine et appartenant à la minorité rom, M. Mujic avait déposé une demande d'asile, neuf mois après avoir foulé le tapis rouge du festival. Il y avait été sacré meilleur acteur masculin pour avoir joué son propre rôle dans "An Episode in the Life of an Iron Picker" ("Un épisode dans la vie d'un ramasseur de ferraille") du réalisateur bosnien Danis Tanovic.

D'abord accueilli dans son village en héros à son retour de la Berlinale 2013, l'acteur amateur avait retrouvé sa maison délabrée et était très vite retombé dans l'anonymat et la pauvreté.
Synopsis : Nazif est ferrailleur. Il vit en Bosnie avec sa femme, Senada, et leurs 2 filles. Un jour, Senada se plaint de terribles maux de ventre et doit se faire hospitaliser d’urgence. Mais faute de couverture sociale, le couple doit payer l'opération : une somme considérable qu'ils n'ont pas. Pendant 10 jours, Nazif fait tout pour sauver la vie de Senada en cherchant de l'aide auprès des institutions et en tentant de trouver toujours plus de fer à vendre.

Le film, également Grand prix du jury, décrit les discriminations à l'encontre des Roms. Il a été tourné en neuf jours avec un appareil photo numérique et des acteurs non professionnels jouant leur propre rôle.