Mort de Madeleine Lebeau, dernière actrice survivante de "Casablanca"

Par @Culturebox
Publié le 16/05/2016 à 11H17
Madeleine Lebeau (photo non datée)

Madeleine Lebeau (photo non datée)

© Archives du 7e Art / Photo12 / AFP

L'actrice française Madeleine Lebeau, la dernière interprète encore en vie du film mythique "Casablanca" (1942), s'est éteinte à l'âge de 92 ans, a-t-on appris dimanche soir.

Sa disparition, survenue le 1er mai, a été annoncée par son beau-fils Carlos Alberto Pinelli au quotidien espagnol "El Pais". Dans le chef-d'œuvre inoubliable de Michaël Curtiz sorti en 1942, avec dans les premiers rôles Humphrey Bogart et Ingrid Bergman, elle avait chanté, larmes aux yeux, la Marseillaise et crié "Vive la France" dans une séquence culte, en réponse à des chants nazis.

La scène qui s'achève par une "Marseillaise" de résistance, dans "Casablanca" de Michael Curtiz

Censée se dérouler dans le célèbre "Rick's Café" à Casablanca, la scène - dans laquelle elle interprétait le rôle d'Yvonne, la petite amie éconduite de Bogart - avait en réalité été entièrement tournée à Hollywood.

Madeleine Lebeau et Humphrey Bogart (de dos) dans une scène de "Casablanca" (1942, réalisation Michael Curtiz)

Madeleine Lebeau et Humphrey Bogart (de dos) dans une scène de "Casablanca" (1942, réalisation Michael Curtiz)

© Archives du 7e Art / Photo12 / AFP

Une carrière menée aux États-Unis, en Italie et en France

Née le 10 juin 1923 à Antony, en banlieue parisienne, Madeleine Lebeau avait fui Paris en 1940 après l'occupation allemande, avec son mari Marcel Dalio, acteur d'origine juive, avant de s'installer aux États-Unis. Elle y avait tourné plusieurs films avant de revenir en Europe et plus particulièrement à Rome où elle avait joué dans le film de Fellini "Huit et demi" en 1963.

Elle est également apparue dans des films à costumes comme "Les Chouans" d'Henri Calef en 1947, "Angélique Marquise des anges" de Bernard Borderie en 1964 ainsi que dans de nombreux films de la Nouvelle Vague.

Après son divorce avec Marcel Dalio, elle avait épousé Tullio Pinelli, le scénariste de Federico Fellini.

"Elle était une femme libre, transcendant les codes, sublimant chacun des rôles que des réalisateurs d'exception lui ont confiés", a souligné Audrey Azoulay, la ministre de la Culture, dans un communiqué. Son visage "restera à jamais celui de la France de la Résistance".