Les Sud-Africains se ruent sur l'épopée de Mandela au cinéma

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/11/2013 à 18H01, publié le 28/11/2013 à 17H50
Idris Elba est Nelson Mandela dans "Mandela : un long chemin vers la liberté de Justin Chadwick

Idris Elba est Nelson Mandela dans "Mandela : un long chemin vers la liberté de Justin Chadwick

© Pathé Distribution

Les Sud-Africains commençaient à se presser nombreux au cinéma jeudi pour la sortie en salles du film événement tiré de l'autobiographie de Nelson Mandela dans un pays qui continue d'exorciser les heures sombres du combat contre le racisme et l'apartheid.

Fresque historique de près de deux heures et demie, allant de l'enfance à l'élection de Mandela en 1994, "Long Walk to Freedom" a reçu ses premiers spectateurs dès la fin de matinée, bénéficiant d'un jour de sortie anticipée dans un pays où l'affiche change en principe le vendredi.
"Mandela : Un long chemin vers la liberté : la bande-annonce
"C'est la première fois qu'on a tant de monde un jeudi. Pour la séance de 20h00 ce soir, on a déjà des réservations et samedi ce sera plein", se réjouissait Mpumi Nkosi, la gérante d'un cinéma de Soweto, non loin de l'ancienne maison de Mandela.
Visiblement remuée, Mapulane Tsilo, 39 ans, a confié avoir "beaucoup pleuré". Comme pour beaucoup de Sud-Africains le film parle aussi de sa vie à elle. Elle était là au stade d'Orlando en 1990 pour le premier grand meeting de Mandela après sa libération en 1990. Et elle a pris un jour de congé spécialement pour voir le film.
 "Eeeesch...je ne sais pas m'exprimer. Quand j'ai vu la police blanche qui nous tuait, j'ai eu la haine, ne me jugez pas. Et ça m'a traumatisé de voir quand ils découpaient les lettres de Mandela (en prison, pour censurer certains passages, ndlr), ou quand ils lui ont interdit d'aller à l'enterrement de sa mère et de son fils", avouait cette habitante du township, décidée à aller revoir le film en famille.
Idris Elba est Madela dans "Mandela : Un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick

Idris Elba est Madela dans "Mandela : Un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick

© Pathé Distribution
"Mandela, c'était comme Jésus, mais maintenant ?"
"Mandela c'était comme Jésus, mais maintenant ?", ajoute cette spectatrice, alors que l'ANC au pouvoir est accusé de ne pas avoir assez transfomé le pays et de trahir l'idéal de justice et de démocratie qui animait le combat contre le régime de la minorité blanche.
Son compatriote Muzilkhe Nelson, 39 ans, chauffeur de camions, mettait lui pour la première fois les pieds au cinéma en pleine après-midi. Membre de l'ANC, il voulait voir le film pour apprendre des détails historiques qui lui aurait encore échappé.
Une spectatrice de 46 ans faisait la queue pour acheter ses billets à l'avance, "très enthousiaste", tout comme Gertrud Botha, autre habitante de Soweto: "C'est Tata, notre père. Je veux vivre sa vie et même si c'est douloureux, je veux ressentir la souffrance par laquelle il est passé", dit-elle.
"Mandela : Un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick

"Mandela : Un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick

© Pathé Distribution
Un lancement dans 100 salles
S'il était besoin, une grande campagne de publicité a précédé le lancement dans plus de 100 cinémas et le film bénéficie du début des grandes vacances de l'été austral. Les premiers chiffres du box-office sortiront lundi mais personne ne doute du succès.
"Ce n'est pas un film seulement sur Mandela, mais sur le pays tout entier, sur moi, sur où je suis maintenant et sur là où j'aurais pu être", s'exclame une autre spectatrice les yeux rougis par les larmes, rencontrée cette fois dans le quartier de Rosebank, près de l'endroit où l'ancien président est toujours soigné.
Agé de 95 ans, M. Mandela, ne reçoit pratiquement plus de visite, sauf ses proches et sa maison a été transformée en mini-hôpital après qu'une infection pulmonaire a failli lui être fatale en juin. Il est toujours dans un état "stable mais critique".
Le film "montre la violence et les préjugés qu'il y avait avant mais il montre aussi la compassion à la fin, des deux côtés. C'est vraiment bien", a réagi un jeune Afrikaner, issu des descendant des premiers colons blancs.
"J'ai bien aimé la fin", résumait en écho une lycéenne de Soweto, âgée de 16 ans, Kutlwano Magaba, "car finalement les Noirs obtiennent la liberté et l'Afrique du Sud est maintenant une démocratie".
L'affiche de "Mandela : Un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick

L'affiche de "Mandela : Un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick

© Pathé Distribution
Le film
"Mandela : un long chemin vers la liberté" est une production anglo-sud-africaine réalisée par le britannique Justin Chadwick qui a signé notamment "Deux sœurs pour un roi". Le film s'avère une grande réussite pour résumer le destin d'un homme d’exception qui a changé radicalement son pays, avec une abnégation absolue, qui n'a d'égal que son courage et son intégrité.

"Mandela" n'en est pas pour autant alourdi d'un pathos élégiaque. Il ne tombe pas dans cet écueil car il est aussi l'histoire d'une famille prise dans des circonstances exceptionnelles et dramatiques. Très proche de l'homme et de son entourage, il n'oublie pas son épouse Winnie (Naomie Harris, très juste dans une grande palette de registres), à laquelle il fut lié toute sa vie par un amour sincère et pour la cause, mais dont il devait se séparer, une fois sorti de prison, pour avoir été trop longtemps éloignés l’un de l’autre (27 ans de prison pour Mandela) et en raison de divergences quant à la manière de résoudre la sortie de crise sud-africaine. Winnie est également évoquée dans ses longs mois passés en prison, victime de châtiment particulièrement cruels de la part de ses geôliers.
Naomie Harris est Winnie Mandela dans "Mandela : un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick

Naomie Harris est Winnie Mandela dans "Mandela : un long chemin vers la liberté" de Justin Chadwick

© Pathé Distribution
L'acteur Idris Elba (acteur prolifique, vu récemment dans "Thor", Prometheus" ou "Pacific Rim") est remarquable dans l'incarnation de Nelson Mandela, tout en sobriété et conviction. Sans doute le rôle de sa vie. Le film est extrêmement touchant et sensible, sans tomber dans la sensiblerie, tout en rendant compte d'un combat politique de premier ordre, dont l'issue changera l'Afrique-du-Sud, avec des répercutions mondiales. A voir absolument.

Le film sort vendredi 29 décembre aux Etats-Unis et le 18 décembre en France.