Les cinéastes demandent plus de souplesse aux chaînes

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 29/11/2011 à 18H56
Laurent Heynemann (C), président de la SACD s'exprime aux côtes de Pascal Rogard, directeur général de la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques), et de Christophe Muller, directeur de Youtube Europe

Laurent Heynemann (C), président de la SACD s'exprime aux côtes de Pascal Rogard, directeur général de la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques), et de Christophe Muller, directeur de Youtube Europe

© AFP/BERTRAND LANGLOIS

Les cinéastes ont souhaité mardi un assouplissement des règles de diffusion des films de plus de dix ans à la télévision.

La Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques (SACD) constatent que les chaînes de télévision historiques ne diffusent pratiquement plus les films de catalogues et de patrimoine - et celles de la TNT de moins en moins - après y avoir fait fortement appel pour décoller.

"Nous ne voulons plus aucune contrainte, ni de date ni sur le nombre de films" s'agissant de ces deux catégories d'œuvres, a insisté Pascal Rogard, directeur-général, devant la presse.

La SACD propose notamment d'assouplir certaines interdictions concernant des jours (mercredi) et/ou horaires de diffusion (début de soirée) qu'elle juge obsolètes.

Des films au fond des cartons
Avec les règles en vigueur, adoptées au début des années 80 pour protéger le réseau de salles de cinéma, un petit film passé inaperçu en salles est astreint aux mêmes restrictions qu'un énorme succès populaire comme "Bienvenue chez les Cht'is", fait valoir le réalisateur Bertrand Tavernier, président de la Commission Cinéma de la SACD.

Selon Pascal Rogard, certains films restent au fond des cartons et après avoir raté leur sortie en salles ne bénéficient jamais d'une seconde chance. Et des chaînes nouvellement créées et entièrement dédiées au cinéma sont entravées dans leur fonctionnement par des règles dépassées - "Allo Ciné TV" par exemple.

Pour lui, il est d'autant plus urgent d'agir que la télévision connectée pointe son nez : elle constituera, selon lui, "le deuxième choc" après l'arrivée de la VOD et d'internet.