Le film "Enfant 44" interdit en Russie

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/04/2015 à 17H42, publié le 15/04/2015 à 17H35
Tom Hardy dans "Enfant 44" de Daniel Espinosa

Tom Hardy dans "Enfant 44" de Daniel Espinosa

© 2015 Concorde Filmverleih GmbH / Larry Horricks

Le gouvernement russe a interdit la sortie du film "Enfant 44", estimant que ce thriller hollywoodien, de Daniel Espinosa, avec Tom Hardy, Gary Oldman, Vincent Cassel et Noomie Rapace, sur un tueur en série dans l'URSS de Staline, déformait l'Histoire de manière "inacceptable" à la veille du 70e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie.

Co-produit par Ridley Scott, "Enfant 44" sort cette semaine dans plusieurs pays. Cette adaptation du roman du même nom de l'écrivain britannique Tom Rob Smith est une fiction et raconte l'histoire d'un tueur en série en 1952, un an avant la mort de Staline.

Mais visiblement, le ministère russe de la Culture a peu goûté le film. "La société Central Partnership a retiré à la demande des autorités sa demande de licence de distribution" pour le film "Enfant 44", a indiqué le ministère de la Culture russe dans un communiqué. En cause, "la distorsion de faits historiques et l'interprétation particulière d'événements se déroulant avant, pendant et après" la Seconde guerre mondiale.
"Enfant 44" : la bande-annonce
Dans ce film, l'URSS, qui a remporté avec les Alliés occidentaux la Seconde Guerre mondiale, est présentée comme un pays "avec des êtres humains déficients du point de vue physique et moral et où se produit un bain de sang commis par des anthropophages et des vampires", a déclaré le ministre de la Culture, Vladimir Medinski.

Pour les représentants du ministère, qui ont visionné le film mardi en compagnie "d'experts", la sortie d'un tel film à la veille du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale est "inacceptable". "Les films comme 'Enfant 44' ne doivent pas sortir sur le grand écran dans notre pays et gagner de l'argent sur le dos de nos spectateurs", fustige M. Medinski.

Mardi, la revue Kultura, financée par l'Etat et dirigée par un proche de Vladimir Poutine, avait déjà publié une critique au vitriol du film sur son site internet, intitulée "44 nuances de dégoût".  "Le film de Daniel Espinosa est une accumulation de mensonges et d'insultes à la Russie et aux Russes", pouvait-on lire dans la critique.