Le documentaire "Salafistes" interdit aux moins de 18 ans

Par @Culturebox
Mis à jour le 27/01/2016 à 19H40, publié le 27/01/2016 à 14H17
François Maroglin, coréalisateur du documentaire "Salafistes" invité le 26 janvier sur le plateau du Grand Soir 3

François Maroglin, coréalisateur du documentaire "Salafistes" invité le 26 janvier sur le plateau du Grand Soir 3

© Capture d'écran / France 3

La ministre de la Culture a annoncé mercredi l'interdiction du documentaire "Salafistes" aux moins de 18 ans. La commission de classification des œuvres cinématographiques avait préconisé cette interdiction, accompagnée d'un avertissement, la semaine dernière. Le réalisateur François Margolin dénonce une "tartufferie" et une "censure", alors que le célèbre cinéaste Claude Lanzmann défend le film.

"Compte tenu du parti pris de diffuser sans commentaires des scènes et des discours d'une extrême violence, j'ai décidé de suivre l'avis de la commission", a indiqué la ministre dans un communiqué. Le film, programmé en salles ce mercredi, sera accompagné d'un avertissement. "Mon rôle lors de la délivrance du visa d'exploitation de toute œuvre cinématographique est de respecter le travail de l'auteur qui est le seul responsable de l'œuvre, tout en ayant à chaque fois à l'esprit la nécessaire protection de la jeunesse", a-t-elle poursuivi.

Selon des sources proches du ministère de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a mis "le poids de son ministère" dans la balance pour que le documentaire "ne soit pas diffusé" ou soit "entouré de précautions qui s'imposent dans le contexte actuel".

François Margolin et Lemine Ould Salem avaient présenté, mardi, une nouvelle version du film à la commission et demandé à nouveau un visa" pour ce film. En cause notamment, des images non floutées de l'exécution du policier Ahmed Merabet, victime des tueurs de Charlie Hebdo.

"Une vraie tartufferie", fustige le réalisateur

Dans un courrier adressé vendredi à la ministre, François Margolin avait indiqué qu'il allait modifier la scène, ce qui signifiait qu'il devait saisir la commission pour un nouvel avis.

"C'est une vraie tartufferie de prétendre vouloir protéger les mineurs alors qu'il s'agit bel et bien de censure puisque, de fait, l'interdiction aux moins de 18 ans empêche toute diffusion télé et rend très difficile l'exploitation du film en salles", a réagi sur le site de Télérama François Margolin, coréalisateur du film. "Heureusement qu'il reste quelques exploitants courageux pour défendre +Salafistes+, et le montrer."

Claude Lanzmann défend le documentaire

Dans une tribune dans Le Monde, le réalisateur de "Shoah" Claude Lanzmann a, lui, pris la défense du documentaire, estimant que ce "chef-d'oeuvre" éclaire "comme jamais aucun +spécialiste+ de l'islam ne l'a fait, la vie quotidienne sous la +charia+". Plus sévère, le quotidien dénonce pour sa part un "déficit de réflexion préoccupant sur la nature et le pouvoir des images".

Une plongée dans les milieux islamistes les plus radicaux

Coproduit par France 3 Cinéma, "Salafistes" est une plongée dans les milieux islamistes les plus radicaux tournée au Mali, en Mauritanie et en Tunisie, sans voix off ni commentaires. La parole des islamistes est brute, souvent choquante. Les deux réalisateurs ont également pris le parti d'insérer des extraits des vidéos de propagande du groupe Etat islamique (EI).
 
Le film a vu ses projections perturbées la semaine dernière au Festival international des programmes audiovisuel (Fipa) de Biarritz. Jeudi, les organisateurs du festival avaient décidé de réserver la projection aux seuls professionnels accrédités, suscitant la colère de certains spectateurs. Le lendemain, le film était projeté mais en floutant la scène de l'exécution du policier et en interdisant l'accès aux moins de 18 ans.
 
France Télévisions a décidé de ne pas diffuser le film sur ses antennes, qu'il soit interdit ou non aux moins de 18 ans.