Le cinéma en 4DX débarque en France : multisensoriel et renversant

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/06/2017 à 17H45, publié le 06/06/2017 à 17H22
La salle 4DX du cinéma Pathé Gaumont La Villette compte 104 sièges. Il faut ajouter 6 euros par rapport au prix d'une place standard pour voir un film dans ce format. 

La salle 4DX du cinéma Pathé Gaumont La Villette compte 104 sièges. Il faut ajouter 6 euros par rapport au prix d'une place standard pour voir un film dans ce format. 

© Cinéma Gaumont Pathé

Le 7e art est décidément un vrai laboratoire d’expérimentation : 3D, IMAX, son Dolby ATMOS, films en réalité virtuelle. La dernière nouveauté, c’est la 4DX, une expérience cinématographique totale qui mobilise vos sens de manière synchronisée avec le film. Pour vous expliquer le fonctionnement, Culturebox a fait le test de cette séance de ciné pas comme les autres.

"L’expérience n’est pas conseillée pour les jeunes enfants, les femmes enceintes ou les personnes atteintes de troubles cardiaques". Le ton est donné. Cette séance en 4DX ne sera pas de tout repos. Et ce n'est pas l'objectif, si l'on en croit la vidéo de présentation de cette technologie diffusée avant le début du film. 
Pour le film, ce sera "Covenant", le nouvel épisode de la saga "Alien". Un scénario énergique et de l’action palpitante, voilà qui devrait faire honneur à cette nouvelle technologie multisensorielle. A première vue, la salle ressemble à toutes les autres salles de cinéma "traditionnelles", peut-être un peu plus petite, avec seulement 104 sièges vissés devant l’écran.

Et pour cause, tout est là, caché dans ces fauteuils de 360 kilos chacun. Un bras mécanique est situé dans le socle de l’assise et permet toutes sortes de mouvements : de haut en bas, d’avant en arrière, inclinaisons à gauche et à droite. A la manière de ces manèges à sensation dans les parcs d’attraction. Alors, et c’est un euphémisme, ça secoue ! Le scénario du film va rapidement nous en montrer le plein potentiel.
"Alien : Covenant" : la bande annonce
Le film nous transporte au beau milieu de l’espace. Un vaisseau prend la direction d’Origae-6, planète dont les caractéristiques semblent permettre l’installation d’une colonie humaine. A son bord, Walter, un androïde, veille au bon fonctionnement du vaisseau et sur les 2000 colons en sommeil pour le restant du voyage (un peu plus de 7 ans).

Et puis soudain, alerte rouge. Le vaisseau est soumis à de violentes turbulences. Pas de raison que le spectateur échappe à ces secousses. Du moins, c’est ce qu’ont dû se dire les développeurs du studio coréen 4DX qui synchronisent leur technologie avec le film, et qui s'en sont donné à coeur joie pour cette séquence. Dans la salle, certains spectateurs se mettent à crier, d'autres rient aux éclats, et ceux qui avaient eu l'audace d'apporter du pop-corn pour la séance regrettent amèrement leur choix.

Une technologie déjà plebiscitée en Asie

Le projet 4DX a vu le jour en 2006 en Corée du Sud, mais plusieurs années ont été nécessaires pour son développement. Ce nouveau format est plébiscité en Corée du Sud et en Chine où de nombreux cinémas ont fait aménager des salles 4DX. Aujourd’hui, il existe 270 salles de ce type dans le monde, principalement en Asie donc, mais aussi en Suisse, en Angleterre et… en France, où la première salle a été ouverte il y a quelques semaines au cinéma Pathé La Villette.
Arnaud Surel est le directeur du cinéma Pathé La Villette. Il est à l'origine de l'ouverture d'une salle 4DX dans ce cinéma

Arnaud Surel est le directeur du cinéma Pathé La Villette. Il est à l'origine de l'ouverture d'une salle 4DX dans ce cinéma

© Cinéma Gaumont Pathé
Arnaud Surel, le directeur du cinéma, explique ce qui l'a motivé à faire ce choix : "nous voulions que le Pathé la Villette soit un cinéma laboratoire de nouveautés. Nous avions déjà la 3D, IMAX et le son Dolby ATMOS. Il nous fallait la 4DX, et avec la sortie de nombreux films d'action cette année, comme Alien, Valérian et Star Wars, c'était le bon moment pour proposer cette nouvelle expérience cinématographique". 

Expérience multisensorielle

La 4DX, c'est un peu plus que quelques secousses. Les fauteuils sont équipés d'un système de vibrations qui simulent différents types de sensations : le vrombissement d'un vaisseau spatial, ou une chute à terre de l'un des personnages par exemple. Une ventilation située devant chaque siège reproduit l'effet d'une brise légère, ou, selon l'intensité, d'un violent orage. Des buses derrière la nuque imitent le sifflement de balles frôlant le visage du spectateur. Une installation au plafond permet de projeter quelques gouttes d'eau pour simuler un temps pluvieux. Enfin, la salle dispose d'un système de diffusion de différents odeurs. L'expérience est définitivement multisensorielle et amusante. 

Arnaud Surel ne s'en cache pas, la 4DX est aussi un moyen d'attirer le public dans les salles, mais pas seulement. "En réalité, le cinéma en France se porte plutôt bien en termes de fréquentation. Le problème c'est plutôt que le public vieillit. Il faut donc avoir des attentions particulières pour les jeunes. C'est ce que la 4DX nous apporte." 

De nouveaux effets à venir ? 

Cette séance en 4DX était une grande première pour la plupart des spectateurs ce jour-là. Les réactions sont enthousiastes voire euphoriques. Mais la technologie va-t-elle survivre à cet effet de nouveauté, ou va-t-elle finir par être considérée comme un peu "gadget" ?

Pour Arnaud Surel, il n'y a pas de raison que la 4DX ne cesse d'innover. "On peut rajouter de nouveaux effets, de neige, de chaleur par exemple. Cela va continuer à se développer. Certains réalisateurs parlent déjà de tourner des films pour la 4DX. Plus globalement je pense que l'avenir du cinéma c'est de proposer tous les formats possibles et de laisser le choix au spectateur. "  

En ce moment, deux autres films sont à l'affiche du Pathé La Villette en 4DX :
-Fast&Furious 8 
-Pirates des Caraïbes - La Vengeance de Salazar

Prochainement, d'autres films seront proposés : 
-Wonder Woman à partir du 7 juin 
-La Momie à partir du 14 juin