Lars von Trier crée la polémique avec "Antichrist"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 18/05/2009 à 16H50
Lars von Trier crée la polémique avec "Antichrist"

Lars von Trier crée la polémique avec "Antichrist"

© Culturebox

Pour son huitième film présenté à Cannes, Lars Von Trier frappe fort. Son "Antichrist", en compétition pour la Palme d'or, divise la Croisette entre ceux qui le trouvent fascinant et les autres qui dénoncent de la pornographie et de la violence gratuites. Le récit est porté par seulement deux acteurs, Willem Dafoe et Charlotte Gainsbourg: un couple se rend dans un chalet isolé pour tenter de se retrouver après la mort de son enfant.

Lars von Trier est un adepte de la provocation. Lorsque ces dernières années, il tente de créer un véritable mouvement-phénomène rare parmi les réalisateurs-, il proclame dans son Manifeste accompagnant "Europa" en 91: "Je ne suis qu'un simple masturbateur de l'écran". En 95, il présente son fameux Dogme dans lequel il prône un retour à l'ascétisme en formulant plusieurs règles: caméra à l'épaule, pas de trucage et tournage en extérieur.
Il tente de s'y conformer dans "Breaking the Waves". Son film obtient le Grand Prix du jury en 96. Quatre ans plus tard, "Dancer in the Dark", porté par Björk, remporte tous les suffrages et décroche la Palme d'or.

-
--> plus d'infos sur le Festival de Cannes,
le
Festival de Cannes sur France 3 et sur
Festival de Cannes sur France 3 Méditerrannée,
le site de l'INA.

--> Rue89, et Lesoir.be