L'acteur égyptien Mahmoud Abdel Aziz est décédé

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/11/2016 à 16H32, publié le 13/11/2016 à 16H31
Mahmoud Abdel Aziz en 2015

Mahmoud Abdel Aziz en 2015

© JOSEPH EID / AFP

L'acteur égyptien Mahmoud Abdel Aziz est décédé samedi soir à l'âge de 70 ans, après une carrière prolifique marquée notamment par des films engagés qui ont fait de lui une des figures incontournables du septième art dans le monde arabe. Son rôle dans le film de Radwan al-Kashef, "Le Magicien" (2001), lui vaudra son surnom de "magicien" du cinéma.

L'acteur mythique du cinéma égyptien, né en juin 1946, a été enterré dimanche après-midi dans sa ville natale d'Alexandrie. Un peu plus tôt, les funérailles organisées dans une mosquée de la banlieue du Caire avaient rassemblé plusieurs grands noms du cinéma, notamment l'acteur Ezzat al-Alaïli ou l'actrice Elham Chahine. L'acteur est décédé samedi soir "dans un hôpital du Caire, au terme de son combat contre la maladie", a indiqué un responsable du syndicat des acteurs égyptiens, Sameh al-Sirity.

Le ministre de la Culture Helmy el-Nemnem a salué "un artiste grandiose, ayant enrichi la vie artistique égyptienne avec son talent qui a fait de lui un vrai magicien".

Après ses débuts prometteurs dans des séries télévisées, le jeune diplômé en agronomie entame dans les années 1970 sa carrière sur le grand écran. L'acteur au visage rieur et à l'humour facile participera à 90 long-métrages sous la direction des plus grands réalisateurs égyptiens. Il reste célèbre pour son rôle dans le film "Al Kit-Kat" (1991), un film socialement engagé réalisé par l'un des maîtres du cinéma réaliste, Daoud Abdel Sayed, où il incarne un cheikh aveugle et sympathique rêvant de conduire une moto.

"Le cinéma égyptien a perdu un grand acteur", a confié à l'AFP M. Abdel Sayed. "Quand l'opportunité lui était offerte, il pouvait montrer le grand talent dont il était doté". Son rôle dans le film de Radwan al-Kashef, "Le Magicien" (2001), lui vaudra son surnom de "magicien" du cinéma. On y suit les aventures rocambolesques de Mansour, père célibataire qui tombe amoureux de sa voisine abandonnée par son mari et qui doit élever son fils unique.

Dans les années 1980, il tient le rôle principal dans la série télévisée Raafat El-Hagan, où il incarne un espion égyptien en Israël. Il reviendra à la télévision vers la fin de sa carrière et jouera dans plusieurs séries télévisées. Sa carrière a été récompensée à plusieurs reprises dans le monde arabe, notamment au Festival international du film de Dubaï ou au Festival international du film de Damas. 

Marié à Poussy Chalabi, présentatrice à la télévision, il est père de deux enfants: Mohamed, producteur, qui a produit plusieurs séries télévisées de son père, et Karim, comédien qui a joué à plusieurs reprises au côté de M. Abdel Aziz.