Hadewijch, de Bruno Dumont, quand la foi conduit à l'irréparable

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 18/11/2009 à 15H13
Hadewijch, de Bruno Dumont, quand la foi conduit à l'irréparable

Hadewijch, de Bruno Dumont, quand la foi conduit à l'irréparable

© Culturebox

Hadewijch, le nouveau film de Bruno Dumont, sortira au cinéma le 25 novembre 2009. Pour son cinquième long-métrage, le réalisateur nordiste s'est inspiré d'une mystique du 13ème siècle pour raconter l'histoire de Céline, une jeune novice chassée du couvent en raison de son amour de Dieu, jugé trop extrême.

En l'espace de cinq films, Bruno Dumont s'est fait une place à part dans le cinéma. Ce professeur de philosophie, venu tardivement au 7ème art, a pourtant reçu les honneurs de la profession. Deux de ses films, L'humanité (1999)  et Flandres (2006) ont obtenu chacun un Grand Prix au festival de Cannes. Le cinéma de Bruno Dumont n'est jamais anodin, il serait plutôt dérangeant.  Déjà en 1999, "L'Humanité" avait suscité beaucoup de remous sur la Croisette en montrant des images choc sur le viol et le meurtre d'une fillette. "Hadewijch" et la foi amoureuse de son héroïne ("une merveille qui est capable de conduire au pire" selon Dumont) devraient interpeller tout autant. Lors de la projection du film au festival de Saint-Sébastien (Nord), de nombreux spectateurs ont quitté la salle pendant la projection. Ce à quoi le cinéaste répond : "c'est normal il faut du temps pour que le film fasse son chemin"