Gérard Mordillat tourne l'adapatation de son roman "Les vivants et les morts" à Hénin-Beaumont

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 21/05/2009 à 10H56
Gérard Mordillat  tourne l'adapatation de son roman  "Les vivants et les morts" à Hénin-Beaumont

Gérard Mordillat tourne l'adapatation de son roman "Les vivants et les morts" à Hénin-Beaumont

© Culturebox

En écrivant en 2005 Les vivants et les morts, Gérard Mordillat renouait à sa façon, avec le roman social. Un genre qui est un peu tombé en désuétude dans la littérature contemporaine. Il y a quelque chose des épopées à la Zola, à la Victor Hugo dans l'histoire que nous conte Mordillat. D'un côté, le collectif,  la fresque sociale avec le combat des employés d'une usine  de plastique, lâchés par les financiers. De l'autre, l'intime avec une histoire d'amour qui raconte elle aussi un moment de crise et de remise en cause. En signant l'adaptation de son roman, Mordillat revient aux sources. Il y a vingt cinq ans, il signait Vive la sociale ! Ce roman publié en 1981 et  adapté en 1984 à l'écran, racontait la vie d'un quartier populaire de Paris (Mordillat a grandi à Belleville, son père était serrurier à la SNCF). Il revendiquait déjà haut et fort son appartenance au "petit peuple" et son désir de faire partie de ceux qu'il appelle..."les vivants".