George Clooney arrêté lors d'une manifestation à Washington

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/03/2012 à 16H45
George Clooney lors de son arrestation vendredi à Washington.

George Clooney lors de son arrestation vendredi à Washington.

© Cliff Owen/AP/SIPA

Impliqué depuis des mois pour alerter sur les violences au Soudan, l'acteur américain George Clooney a été arrêté vendredi à Washington alors qu'il manifestait devant l'ambassade du Soudan afin de protester contre les crimes de guerre commis selon lui par Khartoum dans le sud du pays.

George Clooney, ainsi que plusieurs membres de la Chambre des représentants et des militants associatifs, a été menotté et emmené dans une fourgonnette de la police.

Clooney revient d'une mission au Soudan
L'acteur, arborant une barbe poivre et sel et vêtu d'un gilet bleu marine, a expliqué devant de très nombreuses caméras qu'il exigeait que le gouvernement soudanais autorise la communauté internationale à envoyer une aide humanitaire "avant que cela ne devienne la pire crise humanitaire à la surface du globe".

"L'autre chose que nous demandons est très simple: que le gouvernement de Khartoum arrête de tuer au hasard des hommes, des femmes et des enfants innocents", a-t-il lancé. "Arrêtez de les violer et arrêtez de les affamer, c'est tout ce que nous demandons", a ajouté l'acteur.

George Clooney a effectué récemment une mission clandestine au Kordofan-Sud, un Etat du Soudan où des combats entre l'armée de Khartoum et des rebelles favorables à un rattachement au Soudan du Sud ont entraîné une famine. Le Soudan du Sud a obtenu son indépendance en juillet dernier.
 

A son retour aux Etats-Unis, George Clooney a déclaré mardi que les forces armées soudanaises commettaient des "crimes de guerre" en s'attaquant à des civils dans cette région. La vidéo ci-dessous documente ce voyage (attention, certaines images sont susceptibles de choquer). 

Reçu jeudi par Barack Obama, George Clooney a rapporté que le président américain allait faire pression sur le président chinois Hu Jintao (la Chine est le principal partenaire de Khartoum) pour éviter un désastre humanitaire au Soudan.