Festival Travelling : le réalisateur Moumen Smihi et sa passion pour Tanger

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 09/02/2017 à 16H51, publié le 09/02/2017 à 16H49
Moumen Smihi à Rennes

Moumen Smihi à Rennes

© France 3 / Culturebox

Le festival Travelling de Rennes a choisi cette année d'explorer la vitalité de la création cinématographique du Maroc avec un focus sur "Tanger la Blanche". Le réalisateur Moumen Smihi est un des invités de cette 28e édtion. Originaire de Tanger, il connaît bien cette ville qui a accueilli 200 tournages de films pour y poser lui-même régulièrement ses caméras.

Moumen Smihi est un enfant de Tanger. Mais il a le sentiment d'être né au cinéma en Bretagne.
C'est en effet à Dinard qu'il a reçu, en 1971, le premier prix de sa carrière pour son premier court-métrage "Si Moh Pas de Chance". Ce Grand Prix, qui fait de lui le premier metteur en scène africain lauréat d'un prix international, lui a été décerné par...Henri Langlois, Jean Rouch et Jacques Tati excusez du peu !

L'encouragement de Tati

Moumen Smihi a encore les yeux qui brillent à l'évocation de ce souvenir : "Je n'oublierai jamais la tête de Jacques Tati me disant : il faut que tu fasses un deuxième film". Le réalisateur part d'un grand éclat de rire chargé d'émotion car 45 ans après, il vient montrer en Bretagne son dernier film.

Depuis cette date, Moumen Smihi a suivi le conseil de Jacques Tati et a réalisé 7 longs métrages dans la foulée du premier , "El Chergui",  en 1975.

Reportage France 3 Bretagne : B. Le Vaillant / M. Villaverde  / V. Surrault / B. Thibaut


Il plante généralement sa caméra dans sa ville natale. Tanger le fascine pour son côté cosmopolite et multi-culturel : "C'est une ville qui a toujours été multi-confessionnelle, multi-linguistique, multi-communautaire. Aujourd'hui avec cette violence aux qautre coins du monde, c'est très difficile de parler de ça en disant : je vous assure, c'est pas du tout utopique, pas du tout idéalisé".

A Rennes, 4 films de Moumen Smihi "Avec Matisse à Tanger", "Le Gosse de Tanger", "Les Hirondelles : Les Cris de jeunes filles des hirondelles" et "Tanjaoui : Peines de cœur et tourments du jeune Tanjaoui Larbi Salmi" .
Ils s'intègrent dans une vaste rétrospective des films tournés à Tanger la Blanche comme "Un Thé au Sahara" de Bertolucci, "Les Temps qui changent" de Téchiné ou "La Vengeance dans la Peau" de Greengrass entre autres

 

Le festival Travelling s'est fait un nom au  niveau international en mettant à l'honneur des grandes villes du monde vues au travers du prisme des cinéastes