Lumière 2012: rencontre avec l’affichiste de cinéma Pierre Collier

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/10/2012 à 18H14
"Triple agent" de Rohmer, par Pierre Collier

"Triple agent" de Rohmer, par Pierre Collier

© Culturebox

L’affichiste de cinéma Pierre Collier expose vingt-cinq de ses œuvres dans le cadre du festival Lumière 2012. En vingt-cinq ans, il a signé près de cinq cents affiches pour les plus grands cinéastes.

Que peuvent avoir en commun « La belle noiseuse » de Jacques Rivette, « Mystery Train » de Jim Jarmush, « Pater » d’Alain Cavalier, « Time code » de Mike Figgis ou « Millenium Mambo » de Hou Hsiao Hsien ? Au-delà des styles, des pays et des influences différentes, tous ont bénéficié du travail de Pierre Collier.

 

L’affichiste français né en 1959 a créé sa première affiche en 1986 pour le film « Noir et Blanc » de Claire Devers. Il a travaillé depuis pour les plus grands cinéastes internationaux. En 1998, il a décroché le prix du jury « Avenir de l’affiche de cinéma » pour celle du film Zonzon. Le festival Lumière 2012 lui a proposé d’illustrer ses vingt-cinq ans de production picturale en exposant vingt-cinq de ses affiches. On peut constater en la visitant que Pierre Collier ne se limite pas à un « style Collier ». Son travail se révèle graphiquement très divers. Il peut aller du dessin stylisé au montage le plus sophistiqué en passant le choix d’une photo du film.

Venu de la publicité la plus classique Pierre Collier rappelle qu’une affiche est avant tout faîte pour donner l’envie de voir le film. Tout en touchant à l’art, elle reste un objet publicitaire. Elle est d’ailleurs du ressort du distributeur, même si certains réalisateurs ont suffisamment de caractère pour imposer une image ou un affichiste.