Lumière 2012 : Jerry Schatzberg expose ses photos de Bob Dylan

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/10/2012 à 00H11
Jerry Schatzberg à Lyon

Jerry Schatzberg à Lyon

© Jean-François Lixon

Autrefois photographe de mode, le cinéaste américain Jerry Schatzberg expose dans une galerie lyonnaise ses photos de Bob Dylan prises entre 1964 et 1967. Une exposition organisée dans le cadre du festival de cinéma Lumière 2012.

En 1971, Jerry Schatzberg donnait à Al Pacino son premier grand rôle, celui d’un jeune drogué en manque errant à la recherche d’héroïne dans l’inoubliable « Panique à Needle Park » (The panic in Needle Park). Il récidivait deux ans plus tard en faisant du même Pacino l’alter ego de Gene Hackman dans « L’épouvantail »  (The scarecrow ), film qui a fait l’ouverture du festival Lumière 2012 à Lyon. Ce film reçut la Palme d'or au festival de Cannes en 1973.

Photographe de mode

Dans les années 60, Schatzberg était connu pour un autre métier, celui de photographe de mode. Il le pratiquait dans sa ville natale. Quand on a la chance de naître à New York, on ne va pas voir ailleurs. Son attention est alors attirée par de nombreux amis sur un jeune chanteur de folksong. Bob Dylan est à l’orée de sa carrière et tout New York ne bruisse que de ses chansons.

Séduit par la poésie de celui qui allait devenir l’un des plus célèbres songwriters, Schatzberg lui propose de le photographier.

Du studio au studio

Après une séance de prise de vue dans un studio d’enregistrement, le photographe convainc Dylan de l’accompagner dans son studio personnel. Là il règle les lumières et fixe le regard du chanteur dans le cadre de son Hasselblad 6X6 ; l’appareil si précis qu’il sera choisi pour accompagner le premier voyage sur la lune.

Une nouvelle carrière et un accident de moto

Schatzberg et Dylan se retrouveront une demi-douzaine de fois pour des séances de prises de vue.
Comme il le raconte dans l’interview liée à cet article, les séances s'arrêteront en 1967 : Dylan est cette année-là victime d’un grave accident de moto, quant à Schatzberg il se lance définitivement dans la réalisation cinématographique, abandonnant la photographie professionnelle.