Ken Loach lauréat du prix Lumière 2012, remis par Eric Cantona

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 21/10/2012 à 10H13
Eric Cantona a remis le prix Lumière au réalisateur anglais Ken Loach

Eric Cantona a remis le prix Lumière au réalisateur anglais Ken Loach

© Philippe Merle / AFP

Ken Loach a reçu samedi soir à Lyon le Prix Lumière 2012, remis par l'ancien footballeur Eric Cantona, qu'il avait dirigé en 2009 dans "Looking for Eric". Très ému, et toujours modeste, le réalisateur britannique a tenu à rappeler que "les matches ne se gagnent jamais seuls, mais toujours collectivement".

La quatrième édition du Festival Lumière de Lyon, organisé par Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière à Lyon et délégué général du Festival de Cannes, a récompensé le cinéaste pour "l'ensemble de son oeuvre". Avant de remettre le Prix Lumière 2012 au réalisateur britannique, "The King" Eric Cantona a osé la métaphore footballistique : "Dans ma vie, j'ai rencontré deux personnes alliant le génie et la passion : Alex Ferguson (ndlr : manager de Manchester United) et Ken Loach, deux personnes qui ont tout gagné et qui ont fait ce qu’il y avait de plus beau…"

 

Julien Sauvadon et Laure Crozat (France 3 Rhône-Alpes) reviennent sur cette soirée riche en émotion, avec les réactions de Nicole Kalfan, Ariane Ascaride et Jean-Pierre Dardenne :

Se disant "bouleversé", Ken Loach, âgé de 76 ans, qui est venu à Lyon accompagné de son épouse Leslie, de sa productrice Rebecca O'Brien et de son scénariste Paul Laverty, a rappelé que "les matches ne se gagn(ai)ent jamais seuls, mais toujours collectivement". Il a évoqué son "respect" pour la vitalité du cinéma français, et rendu hommage au "système" qui lui permet de vivre, grâce à une fiscalité adéquate, qui risque aujourd'hui d'être remise en cause par la Commission européenne. "Nous sommes inquiets d'apprendre que ce système risque d'être attaqué. Le  système français est important. Nous devons tous le défendre parce que c'est  celui qui permet aux autres cinémas de rester vivants", a-t-il affirmé. "Nous sommes Européens, mais l'Europe soumise à la dictature du marché, nous n'en voulons pas", a-t-il ajouté, sous les applaudissements.

 

"Si le cinéma transformait le monde, on serait tous des Américains avec des flingues dans la  poche"

Le cinéaste anglais a également estimé que "le cinéma ne peut pas changer les choses. Non, et en fait, c'est mieux comme ça. Parce que si le cinéma transformait le monde, on serait tous des Américains avec des flingues dans la  poche", a-t-il ajouté. Mais "on peut apporter nos voix, nous le cinéastes, et aider ceux qui sont soumis à la censure, comme en Chine, ou comme c'est le cas pour l'Iranien Jafar  Panahi", a-t-il également affirmé.

Comme il en a l'habitude, Ken Loach a également critiqué Israël, sans citer le nom de l'Etat hébreu. Selon lui, "il y a des années, en appelant au boycott de l'Afrique du sud, on a aidé les Noirs sud-Africains. C'est ce qu'on doit exprimer aujourd'hui au sujet de la Palestine". La salle a applaudi et des "bravos" ont fusé.

Ken Loach et son Prix Lumière

Ken Loach et son Prix Lumière

© C. Pauilhac

Avant la remise du prix, le film "Looking for Eric" a été projeté, dans lequel Eric Cantona, ex-vedette du Manchester United, jouait son propre rôle. Ken Loach est lui-même un fan de football, et soutient ardemment le club de sa ville, à Bath. Dimanche, le cinéaste tient une conférence de presse à Lyon.

Ken Loach avait reçu la palme d'or à Cannes en 2006 pour "Le vent se lève". Cette année, son dernier film, la comédie "La part des anges", a été récompensé par le Prix du jury.

 

Voici un aperçu de l'oeuvre cinématographique de Ken Loach :

 

Lumière 2012 : voir tous les reportages de Culturebox