[DEAUVILLE] Hommage au Jedi Liam Neeson avec « Taken 2 »

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 08/09/2012 à 01H33
Liam neeson sur le tapis rouge de Deauville le 7 septembre 2012

Liam neeson sur le tapis rouge de Deauville le 7 septembre 2012

© CHARLY TRIBALLEAU / AFP

L’hommage rendu à Liam Neeson à Deauville vendredi soir n'a pas été très bien servi par la projection de son dernier film, « Taken 2 », d’Olivier Megaton, thriller conventionnel, mais qui a tout de même emporté l’adhésion d’un public enthousiaste. Une production Luc Besson, sur une idée de base de son cru, suite d’un premier opus qui s’est avéré le film français le plus rentable aux Etats-Unis.

Arrivant sur le tapis rouge, l’interprète de « La Liste de Schindler » s’est prêté avec un visible plaisir au jeu des autographes avant de se lancer dans celui des questions-réponses. C’est ainsi que l’on a appris que sa vocation d’acteur est née de ses années de lycée. Il est en effet fréquent aux Etats-Unis comme en Grande-Bretagne de répéter durant l’année scolaire une pièce, ce qui n’est étonnamment pas le cas en France.

Lionel Chouchan, co-fondateur avec André Halimi du Festival, est revenu sur cette notion d’«hommages » qui prolifèrent à Deauville. A ses yeux, ils concrétisent « la rencontre entre rêve et réalité ». L’occasion de voir en chair et en os le Schindler de Spielberg ou le Qui-Gon Jinn de Star Wars, en l’occurrence pour «Liam Neeson, « un chevalier, non seulement par la stature, ses rôles mais l’éthique », selon ses mots.

le réalisateur de "Taken 2" Olivier Megaton et son interprète Liam Neeson à Deauville le 7 septembre 2012

le réalisateur de "Taken 2" Olivier Megaton et son interprète Liam Neeson à Deauville le 7 septembre 2012

© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
 

Irlandais d’origine, boxeur dans un club de l’Ulster dès l’âge de 9 ans, champion universitaire dans sa discipline, s’entretenant visiblement pour jouer les rôles très physique qu’il interprète, Liam Neeson est passé de cariste chez Guinness, à interprètes pour les plus grands réalisateurs, dans une foule de registres. De Woody Allen (« Chloé ») Geroge Lucas (« Star Wars ») en passant par Ridley Scott (« Gates of Heaven ») ou Neil Jordan (« michael Collins »). Drôle de parcours.

A l’issue d’une standing ovation qui a salué sa montée sur scène, Liam Neeson s’est déclaré fan des festivals de cinéma qui « promotionnent l’industrie cinématographique et contribuent à donner aux spectateurs envi d’aller au cinéma ». « Vous participé à la pérennité de l’amour du cinéma, le plus grand des arts qui existe aujourd’hui », a-t-il lancé à la salle.