"La planète des singes, Les origines" de Rupert Wyatt au cinéma

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 08/08/2011 à 09H54
"La planète des singes, Les origines" de Rupert Wyatt au cinéma

"La planète des singes, Les origines" de Rupert Wyatt au cinéma

© Culturebox

Réalisé par Rupert Wyatt, "La planète des singes, Les origines" sort sur les écrans le 10 août 2011. A l'affiche de ce film qui utilise les mêmes procédés techniques qu' "Avatar", James Franco en  scientifique brillant, Freida Pinto (l'héroïne de "Slumdog Millionaire") dans le rôle d'une vétérinaire et André Serkis qui donne vie à César, le singe au coeur de l'histoire.

Petit rappel : avant d'être un film, "La Planète des Singes" a d'abord été un roman du français Pierre Boulle, publié en 1963 (également auteur du célèbre "Le pont de la rivière Kwai"). Cinq ans plus tard, l'histoire prend vie sur le grand écran dans un film de Franklin J. Schaffner avec dans le rôle principal Charlton Heston. Le film reçut un Oscar dans la catégorie maquillage (cette partie, chapeautée par John Chambers, mobilisait chaque jour au tournage, près de 80 personnes). Le film fera des petits : quatre suites verront le jour puis en 1974 une série télévisée qui s'arrêtera au bout de 14 épisodes faute de succès. Il fallut attendre 2001 et Tim Burton pour voir revenir les singes sur le grand écran. Nous respectons beaucoup Tim Burton mais force est de dire que cette version fut assez mauvaise. Nous voilà donc en 2011 avec une nouvelle mouture signée Rupert Wyatt, réalisateur anglais quasi-inconnu, qui a finalement accepté de prendre en charge le projet (une flopée de collègues avaient refusé avant lui). Mais la production l'a entouré de "pointures" : Weta Digital, les créateurs des effets spéciaux d'"Avatar", les monteurs des "Terminator" 1 et 2, d'"Abysss" et de "Titanic" et enfin l'acteur André Serkis qui interprète le singe-héros, César. Serkis avait déjà donné vie à Gollum dans la saga du "Seigneur des Anneaux" et au "King-Kong" de Peter Jackson. Les premières critiques du film sont plutôt bonnes et souligne que Rupert Wyatt s'est très bien sorti d'un exercice qui était considéré comme "casse-gueule". Sans faire d'esbroufe, il semble avoir réussi à faire autre chose qu'un film d'action, bourré d'effets spéciaux. Un film dans lequel l'émotion et la réflexion ont aussi trouvé leur place.

- A voir aussi sur Culturebox :

- Le secret de la Licorne : Tintin au cinéma selon Spielberg
- Chiméria explore de nouveaux mondes
- La 12ème Japan Expo, grand-messe de la culture japonaise
- Les vidéos sur le cinéma américain