Wang Bing, cinéaste de la réalité chinoise au festival Filmer le travail

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/02/2015 à 12H34, publié le 10/02/2015 à 11H42
Documentariste chinois, Wang Bing filme le quotidien des ouvriers, des petites gens et des exclus de la croissance chinoise

Documentariste chinois, Wang Bing filme le quotidien des ouvriers, des petites gens et des exclus de la croissance chinoise

© France 3 Culturebox/ capture d'écra

Pour sa 6e édition (du 6 au 15 février), le festival Filmer le Travail à Poitiers a choisi de porter son regard sur le cinéma chinois, en consacrant notamment une rétrospective au documentariste Wang Bing. Invité d’honneur, le cinéaste présente quatre de ses films qui montrent la réalité économique et sociale de la vie chinoise, avec une attention particulière pour les exclus de la croissance.

A 47 ans, Wang Bing fait figure d’exception dans le monde culturel chinois. Son pays compte peu de documentaristes car les financements sont très durs à trouver depuis 2004, année où des restrictions budgétaires ont été imposées aux entreprises. Mais cette difficulté est aussi une liberté : Wang Bing n’est redevable de rien et peut choisir de porter son regard là où il le souhaite. Souvent pas là où les autorités aiment que l’on mette le nez. C’est la raison pour laquelle ces films circulent en cachette dans son pays.

Wang Bing est aussi hors-norme dans la durée de ses documentaires, très long. C’est le cas pour son premier film «À l’ouest des rails" (2004), chronique qui raconte en 9h le démantèlement d’un gigantesque complexe industriel à Shenyang, au nord de la Chine. C'est l'un des quatre films présentés à Poitiers où Wang Bing est présent jusqu'au 10 février.

Reportage : M. Mercier / T. Chapuzot / P. Mauduit 
Dans le cadre de cette 6édition, sept autres films chinois sont présentés. Signés de réalisateurs reconnus (Jia Zhang Ke, Liang Zhao, Guo Xiaolu…), ces documentaires, fictions ou films animation datant des années 2000, explorent les grandes transformations et l’envers de la société chinoise, avec les laissés pour compte du capitalisme. Présenté en 2011 au festival du film d’animation d’Annecy, le premier long-métrage Jian Liu, "Piercing 1", raconte l'histoire d'un ouvrier qui se retrouve au chômage après la fermeture de l’usine de chaussures dans laquelle il travaillait à Pékin. Le film, tourné après la crise de 2008 a été fabriqué artisanalement et sans autorisation officielle.
Bande-annonce de « Piercing I »de Liu Jian
Une quarantaine de rendez-vous au programme 

"Filmer le travail", c’est aussi une compétition avec cette année 19 films en compétition évo­quant des pro­blé­ma­tiques éco­no­miques aussi diverses que la mon­dia­li­sation, le déve­lop­pement durable, l’agriculture, les migra­tions, les mul­ti­na­tio­nales, les métiers, le travail collaboratif … Cinq prix seront remis à l’issue du Festival qui s’achève le 15 février. Un  concours "Filme ton travail" est également ouvert aux auteurs uti­lisant une caméra vidéo, un por­table, un appareil photo.

A noter aussi un focus sur le travail au féminin à l’occasion de l’anniversaire de la loi de 1965 qui a autorisé les femmes à exercer une pro­fession sans l'auto­ri­sation préalable de leur mari. Parmi les films projetés". Un lieu d'échanges

Le festival se veut aussi un lieu d’échanges et de recherches d’alternatives à la crise du travail. Des conférences et des rencontres sont proposées cette année autour du thème de "la belle ouvrage", autrement dit le travail bien fait. Une notion qui permet de revaloriser les métiers manuels et d’ouvriers.

Plusieurs rencontres sont proposées dans ce cadre : une conférence sur "Le travail à coeur" d’Yves Clot (spécialiste en psychologie du travail) ; une conférence projection débat sur les Fablabs (ces lieux ouverts au public où sont mis à disposition toutes sortes d'outils) ;  une rencontre avec le cinéaste Alain Cavalier et de ses "Portraits de femmes" qui évoquaient des petits métiers en voie de disparition à la fin des années 1980 ; une exposition "Le bonheur au travail" qui croise les regards des dessinateurs de presse et des experts et une autre consacrée au travail en prison signée Manuel Vimenet.
Affiche (détail) Festival Filmer le travail

Affiche (détail) Festival Filmer le travail

© DR
Festival "Filmer le travail" 
jusqu'au 15 février 2015 à Poitiers
Projections au TAP Castille
24 Place du maréchal Philippe Leclerc 
86000 Poitiers
Tél. : 05 49 39 50 90
Tarif : 5 €. Réduits : 3 €.