"Viva Patrimoine": Alexeiff-Parker, précurseurs de génie du film d'animation

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/02/2017 à 10H09, publié le 03/02/2017 à 10H07
L'un des tous premiers films d'animation, "Une nuit sur le Mont Chauve" d'Alexandre Alexeïff et Claire Parker

L'un des tous premiers films d'animation, "Une nuit sur le Mont Chauve" d'Alexandre Alexeïff et Claire Parker

© Culturebox / Capture d'écran

La scène nationale Lux de Valence organise jusqu’au 4 février son festival "Viva Patrimoine" consacré au patrimoine cinématographique. Au programme, des projections autour cette année du thème de la passion amoureuse au cinéma et une exposition sur le couple Alexeïff-Parker, pionnier du cinéma d’animation

L’amour et la passion amoureuse sont au cœur de cette édition 2017 du festival  "Viva Patrimoine" organisé par Lux Scène nationale de Valence et le CNC. Un thème décliné à l’infini au cinéma et constitue le fil rouge d’une programmation de films restaurés, présentés par les cinémathèques européennes, et accompagnés par des réalisateurs passeurs qui partagent leur passion du cinéma.

Parmi les réalisateurs mis en lumière, citons Joseph von Sternberg, Luchino Visconti, Max Ophüls, Frank Borzage et Jean Grémillon. Et dans un des rôles de passeur, le cinéaste Cédric Klapish, qui retrouvait Valence où il a tourné son premier film "Riens du tout" il y a 25 ans.

Reportage : H. Chapelon / S. Hyvon / C. Martin

Les débuts du fil d’animation

L’autre évènement de "Viva Patrimoine" cette année c’est l’exposition "Alexeïff/Parker : Montreurs d’ombres". Un hommage à deux artistes majeurs de la gravure et du cinéma d’animation : Alexandre Alexeïff et Claire Parker, inventeurs de l’écran d’épingles. 500 000 têtes d’épingles qui, selon leur positionnement et l’éclairage, créent un visage ou un paysage qui s’anime. Les ancêtres des pixels.

Dans les années 50, ils mettent au point pour la publicité une machine à "totalisation" qui est la première à créer des effets en 3D. L'exposition propose de découvrir films, gravures, story-boards, machines et instruments cinématographiques qui témoignent des recherches inlassables de ce couple étroitement lié à l’avant-garde artistique de leur époque, entre arts plastiques, musique et cinéma. L'exposition se prolonge après le festival, jusqu'au 31 mars 2017.

Alexandre Alexeïff et Claire Parker dans leur atelier

Alexandre Alexeïff et Claire Parker dans leur atelier

© Culturebox / Capture d'écran

 

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !