VIDEO. 10 moments inoubliables des César

Par @Culturebox
Mis à jour le 27/02/2016 à 17H04, publié le 26/02/2016 à 17H05
Annie Girardot aux César en 1996

Annie Girardot aux César en 1996

© VINCENT AMALVY / AFP

À quelques heures à peine de la 41e cérémonie des César, qui se tient ce vendredi au théâtre du Châtelet, retour sur les moments les plus marquants de la cérémonie.

La gaffe de Vanessa Paradis

Nous sommes en 1991. Un an auparavant, l'actrice a obtenu le César du meilleur jeune espoir féminin pour "Noce blanche" de Jean-Claude Brisseau. C'est ce même prix qu'elle doit remettre, aux côtés de Richard Bohringer. Mais, après avoir ouvert l'enveloppe, l'actrice se trompe de nom et confond les deux Judith en lice. Fausse joie pour Judith Godrèche qui ne peut qu'assister, "pétrifiée", à la montée sur scène de Judith Henry. Godrèche déclarera quelques semaines plus tard, sur le plateau de Michel Denisot que Vanessa Paradis "l'a fait exprès. Parce que ce n'est pas possible de faire un truc pareil".

L'entrée de Valérie Lemercier sur "Maldon" Zouk Machine

"Ka sa yé misyé bobo, Fo pa'w kon-prann bibi sé on kouyon". 2007. Pour la deuxième année consécutive, Valérie Lemercier présente les César. Et cette fois, elle ouvre le bal en zoukant. La seule peut-être à avoir fait de cette cérémonie un spectacle aussi hilarant qu'insolent.


Le duo Jamel Debbouze/Adriana Karembeu

1999. Adriana Karembeu rejoint sur scène Jamel Debbouze. S'en suit certainement le comique de situation le plus hilarant de l'histoire de la cérémonie.  

Le baiser de Gainsbourg à Charlotte

Charlotte a à peine 15 ans lorsqu'elle reçoit le César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans "l'Effrontée" de Claude Miller. Nous sommes en 1986. Au moment de l'annonce des résultats, elle est entourée de sa mère, Jane Birkin et de son père qui, ému, l'enlace et l'embrasse sur la bouche à deux reprises.

La maladresse de Mathilde Seigner

2012. Mathilde Seigner remet le prix du meilleur acteur dans un second rôle. Il revient à Michel Blanc pour son rôle dans "L'exercice de l'État" de Pierre Schoeller. Mais la comédienne insiste, lourdement, pour que son "Didou", JoeyStarr, lui aussi nommé pour le "Polisse" de Maïwenn, monte sur scène.

Le pas de danse d'Omar Sy

La même année, Omar Sy remporte le César du meilleur acteur pour son rôle dans "Intouchables" d'Olivier Nakache et Éric Toledano. Une joie touchante et un pas de danse jubilatoire pour le premier acteur noir césarisé.

Coluche excuse Delon

En 1985, Alain Delon n'est pas présent pour récupérer son César du meilleur acteur pour son rôle dans "Notre histoire" de Bertrand Blier. À sa place, Coluche va lire une lettre qu'il prétend écrite par l'acteur apparemment retenu à "Lausanne". Savoureux.

Le César de Michael Lonsdale

Il était temps. En 2011, l'immense acteur reçoit un César du meilleur acteur dans un second rôle pour "Des Hommes et des Dieux" de Xavier Beauvois. "Ah te voilà petit coquin. Tu as mis du temps", souffle-t-il sur scène.

Jean-Luc Godard et "les professionnels de la profession"

Nous sommes en 1987 et Jean-Luc Godard reçoit des mains d'Isabelle Huppert, héroïne de "Sauve qui peut" et de "Passion", meilleur film et meilleure réalisation en 1983, un César d'honneur pour l'ensemble de son œuvre. Et Godard de remercier avec ironie "les professionnels de la profession".

Les larmes d'Annie Girardot

1996. Après une longue traversée du désert, l'actrice reçoit le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour "Les Misérables", 20 ans après son César de la meilleure actrice dans "Docteur Françoise Gailland" de Jean-Louis Bertuccelli. L'occasion d'un cri du cœur et d'une déclaration d'amour déchirante au cinéma français. "Je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais à moi, le cinéma français a manqué. Follement. Éperdument. Douloureusement".