"Valérian" : les ressorts d'une superproduction française

Par @Culturebox
Publié le 05/07/2017 à 11H01
Dane DeHaan et Cara Delevingne dans "Valérian" de Luc Besson.

Dane DeHaan et Cara Delevingne dans "Valérian" de Luc Besson.

© EuropaCorp - VALERIAN SAS – TF1 FILMS PRODUCTION

On a déjà beaucoup glosé sur l'enjeu financier de la sortie de "Valérian" pour EuropaCorp, la société de production de Luc Besson. Le 4 juillet, ce dernier s'est voulu rassurant quant au risque encouru. Retour sur les ressorts économiques et artistiques du film de science-fiction au plus gros budget du cinéma français, estimé à quelque 190 millions d'euros.

"Le risque financier n'est pas énorme, le risque est surtout en termes de réputation", a déclaré Luc Besson sur RTL. "Si le film ne marche pas ou ne plaît pas, quand on va retourner voir (les investisseurs) avec une autre idée, ils vont nous dire ça suffit".

Couvert à 95% par des préventes selon Luc Besson

Europacorp, la mini "major" cinématographique de Luc Besson, vient d'annoncer une perte record annuelle de 119,9 millions d'euros, à cause de difficultés aux Etats-Unis. Selon des analystes du courtier Gilbert Dupont, c'est quitte ou double : Valérian, au budget estimé à quelque 190 millions d'euros, est le "potentiel sauveur ou fossoyeur du groupe", estiment-ils dans une note communiquée fin juin. Le film "est un gros enjeu commercial pour Europacorp, mais nous pensons que ce dernier a de sérieuses chances de remporter un vif succès", poursuivent-ils. 
Le film "est couvert à 95% car on a fait des préventes" dans plusieurs pays, a expliqué Luc Besson, le réalisateur et producteur de 58 ans évoquant son "plus grand défi de metteur en scène". "Valérian et la Cité des Mille Planètes", avec l'acteur Dane DeHaan dans le rôle-titre et l'ex-mannequin Cara Delevingne dans celui de Laureline, doit sortir le 21 juillet aux Etats-Unis et le 26 juillet en France. Le film s'inspire de la bande dessinée de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières que Luc Besson rêve de transcrire à l'écran depuis des années.

Projet pharaonique

Il a longtemps pensé impossible de faire un film avec seulement deux personnages humains... entourés de 1.000 extraterrestres. Jusqu'à l'arrivée d'"Avatar" de James Cameron, le film le plus rentable de l'histoire du cinéma mondial, qui a marqué un tournant dans l'utilisation de la 3D.
Projet pharaonique, "Valérian" a nécessité plus de trois ans de travail, 3D et effets spéciaux obligent. Le film compte 2.700 plans (avec effets spéciaux) dont certains ont nécessité un an et demi de travail, a précisé Luc Besson qui est déjà prêt à tourner une suite.

"J'aimerais énormément faire le 2 et le 3. J'ai déjà fini d'écrire le 2 et j'ai commencé le 3. (...) Ce n'est pas grave si ça ne fonctionne pas, car je suis très heureux de les avoir écrit quand même", a-t-il déclaré.