Usine de films de Michel Gondry à Aubervilliers : la mairie jette l'éponge

Par @Culturebox
Publié le 27/06/2014 à 15H01
Michel Gondry le jour de la présentation du projet d'usine de films à Aubervilliers, le 14 janvier 2014

Michel Gondry le jour de la présentation du projet d'usine de films à Aubervilliers, le 14 janvier 2014

© A. Gelebart / 20 Minutes / Sipa

La ville d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) a annoncé vendredi l'abandon, "pour des questions budgétaires", du projet d'"usine des films amateurs" imaginé par le réalisateur Michel Gondry, un espace gratuit et ouvert à tous qui devait voir le jour en 2016.

Le projet, annoncé en janvier par l'ancienne municipalité PS en présence du réalisateur français, prévoyait d'installer, après la réhabilitation de l'ancienne manufacture des allumettes, un immense bâtiment industriel à la cheminée classée aux monuments historiques, une "usine de films" ouverte gratuitement pour créer une histoire et la tourner en trois heures dans des décors dignes de ceux des plateaux de cinéma.

"On ne pourra pas financer ce projet", dit la mairie
"Pour des questions budgétaires, on ne pourra pas financer ce projet. Il y 
a eu beaucoup d'annonces mais au niveau du montage financier, rien n'était fait", a expliqué vendredi à l'AFP la municipalité, désormais gérée par un maire PCF, confirmant une information du Parisien.fr.

Le projet, estimé dans un premier temps à 1,8 millions d'euros, coûterait, selon la nouvelle municipalité tenue par le communiste Pascal Beaudet, 2,7 millions, hors budget de fonctionnement. La ville d'Aubervilliers s'était engagée à participer à hauteur de 500.000 euros.

"On ne remet pas en cause cette idée, qui est superbe, on prend juste nos responsabilités face à un projet qui n'est pas viable financièrement. D'autres financements sont plus importants pour la commune", a ajouté la ville, qui prévoit de rencontrer Michel Gondry "courant juillet".
Michel Gondry à l'usine d'Aubervilliers, le 14 janvier 2014

Michel Gondry à l'usine d'Aubervilliers, le 14 janvier 2014

© A. Gelebart / 20 Minutes / Sipa
"Consternation"
Annoncée jeudi soir lors du conseil municipal de cette commune au nord de 
la capitale, cette décision a "consterné" la Fondation du patrimoine, qui avait soutenu la réhabilitation de l'ancienne manufacture des allumettes.

"Cette usine des films amateurs proposait d'ouvrir la culture à des gens qui n'y ont pas forcément accès, tout en réhabilitant un bâtiment industriel extraordinaire pour lui offrir une seconde vie. C'est consternant", a réagi une porte-parole. Début janvier, la Fondation du patrimoine avait lancé sur son site internet une souscription pour aider à son financement. Vendredi à 14H, elle ne comptait que 515 euros.