Sujet sensible ? Des projections de "L'Apôtre" annulées

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/01/2015 à 15H55, publié le 16/01/2015 à 15H41
"L'Apôtre" de Cheyenne Carron : des projections ont été annulées

"L'Apôtre" de Cheyenne Carron : des projections ont été annulées

© Droits réservés

"L'Apôtre", de Cheyenne Carron, a été déprogrammé de deux salles de cinéma, à Neuilly-sur-Seine et à Nantes, a fait savoir la réalisatrice du film. Celui-ci parle d'un jeune musulman appelé à devenir imam, bouleversé quand il est touché par l'histoire du Christ.

La préfecture de police a demandé au Cinéma Le Village, qui avait programmé "L'Apôtre" le 12 janvier, d'annuler la projection pour raison de sécurité, mais le directeur de la salle souhaite reprogrammer le film, nous a confié Cheyenne Carron.
 
A Nantes, c'est la DGSI qui a "vivement conseillé" l'annulation de la projection, selon un mail reçu par Cheyenne Carron des Associations des familles catholiques (AFC) qui avaient prévu une soirée débat autour du film le 23 janvier. La Direction générale de la Sécurité intérieure invoque "des risques d'attentats, cette projection pouvant être perçue comme une provocation par la communauté musulmane", selon ce message.
"L'Apôtre" de Cheyenne Carron, la bande-annonce
 
Cheyenne Carron : "C'est un film très pacifiste"
 
Cheyenne Carron, souligne qu'il n'y a jamais eu d'incident lors des projections du film, sorti début octobre. "C'est un film très pacifiste, très humaniste, qui a fait l'unanimité", fait-elle remarquer. Elle pense qu'il ne faut pas un "excès de précaution" et qu'"il n'y a pas de triomphe des idées sans risque".
 
La réalisatrice est catholique pratiquante, elle a travaillé sur "L'Apôtre" avec des acteurs musulmans et juifs et elle pense que s'ils ont pu travailler ensemble, les spectateurs peuvent recevoir le film. Elle se dit prête à aller à la rencontre des musulmans lors de projections.
 
Dans "L'Apôtre", Akim se destine à devenir imam. Jusqu'à ce que, à l'occasion d'un baptême, il commence à s'intéresser au catholicisme et se tourne vers le Christ. Quand il se convertit, il doit affronter l'incompréhension de sa famille.
 
Des projections du film sont prévues en régions jusqu'à la mi-mars.