"Sing Street" : le film qui fait danser le festival de Deauville

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/09/2016 à 12H33, publié le 09/09/2016 à 11H59
"Sing Street "de John Carney sortie en salles le 26 octobre 2016

"Sing Street "de John Carney sortie en salles le 26 octobre 2016

© Mars Films

Le Festival du film américain de Deauville est littéralement tombé sous le charme de "Sing Street" et de sa comédienne, la jeune Lucy Boynton. Réalisé par le cinéaste irlandais John Carney, le film qui mélange la comédie romantique, sociale et musicale est un véritable juke-box des années 80. Un coup de coeur à découvrir en salle le 26 octobre 2016.

Présenté en compétition au festival du cinéma américain de Deauville, "Sing Street", le dernier long-métrage du réalisateur irlandais John Carney a reçu un accueil très chaleureux du public. La projection s'est achevée par une standing-ovation. 

Rencontre avec la jeune actrice anglaise Lucy Boynton qui a conquis "les Planches" par sa fraîcheur et son talent dans ce film musical réjouissant à la bande-son estampillée années 80. 

Reportage : J. Perrotte / J. Guillaud / S. Daniel / M. Bellinghen / S. Lemaire / C. Berra / F. Uguen / K. Lepainteur 

Au coeur de la crise et de la joie irlandaise

Né en 1972 à Dublin, John Carney signe un film très intime qui puise dans ses souvenirs de jeunesse. Avec "Sing Street", le cinéaste dépeint une Irlande des années 80, un pays alors frappé par la crise économique. 

Mais le film est résolument "optimiste mais pas d'une façon naïve", explique l'actrice principale Lucy Boynton venue présenter le long-métrage à Deauville. 

Les personnages ont des défauts mais ils essayent d'aller au-delà pour s'en sortir. Il y a chez eux comme une joie de se battre.

Lucy Boyton

La pop music aux accents 80'

La fraicheur de "Sing Street" tient aussi tout particulièrement à la bande-son qui replonge le spectateur dans les hits des années 80. The Cure, A-ha, les Clash, Spandau Ballet, Duran-Duran, tous ces groupes qui ont fait danser les clubs jusqu'au petit matin font partie intégrante du film et racontent une époque où les coiffures tenaient exclusivement avec un peu d'eau et de sucre.    

Chronique sociale et musicale à l'humour so british, "Sing Street" a pris une sérieuse option pour le Prix du public du festival de Deauville. 

Sing Street Affiche


 

"Sing Street" de John Carney - Film irlandais-américain et britannique - Sortie le 26 octobre 2016- durée 01h46

Dublin, années 80. La pop, le rock, le métal, la new wave passent en boucle sur les lecteurs K7, vibrent dans les écouteurs des walkmans et le rendez-vous hebdomadaire devant « Top of the Pops » est incontournable. Conor, un lycéen dont les parents sont au bord du divorce, est obligé à contrecœur de rejoindre les bancs de l’école publique dont les règles d’éducation diffèrent de celles de l’école privée qu’il avait l’habitude de fréquenter. Il se retrouve au milieu d’élèves turbulents qui le malmènent et de professeurs exigeants qui lui font rapidement comprendre qu'en tant que petit nouveau, il va devoir filer doux. Afin de s’échapper de cet univers violent, il n’a qu’un objectif : impressionner la plus jolie fille du quartier, la mystérieuse Raphina. Il décide alors de monter un groupe et de se lancer dans la musique, univers dans lequel il ne connait rien ni personne, à part les vinyles de sa chambre d’adolescent. Afin de la conquérir, il lui propose de jouer dans son futur clip.