Quentin Tarantino invité d'honneur du Festival Lumière 2013

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/06/2013 à 15H30, publié le 21/06/2013 à 11H40
Uma Thurman, actrice fétiche de Tarantino dans "Kill Bill"

Uma Thurman, actrice fétiche de Tarantino dans "Kill Bill"

© TFM Distribution

Roulement de tambour. Thierry Frémaux a annoncé hier le nom de l'invité d'honneur du festival Lumière 2013. Le charismatique Quentin Tarantino recevra donc le prestigieux prix Lumière pour son apport au 7e Art, succédant ainsi à Ken Loach . Au programme de cette 5e édition, une sélection de films très éclectique de Bergman à Verneuil en passant par Pierre Richard et une nuit Monty Python !

"Le festival Lumière recrée du désir", aime à répéter son directeur Thierry Frémaux. A l'inverse de Cannes, il ne s'agit pas d'une compétition entre films mais bien de redécouvrir des chefs-d'oeuvres populaires ou méconnus. A travers une programmation riche d'environ 200 films en copie restaurée, le festival continue son incursion dans l'histoire du 7e Art. Alors, qui de mieux indiqué que Quentin Tarantino, le plus cinéphile de tous les cinéastes, pour recevoir les honneurs du festival après Clint Estwood, Milos Forman, Gérard Depardieu et Ken Loach. Tous en salles à partir du 14 octobre.

Reportage de P. Satis, S. Goldstein, O. Bodson
Quentin Tarantino est sans doute l'un des réalisateurs contemporains les plus populaires. La raison est très simple : Tarantino est un authentique "faiseur d'images" qui se nourrit de multiples influences, du western au film de gangster en passant par les films de sabre japonais. A chaque nouveau film, il réinvente le cinéma en en bousculant les codes pour créer son propre univers.
"Reservoir Dogs" (1992) : la scène culte du pourboire en VF
Un cinéma survitaminé, bourré d'humour et pétri de références aussi bien cinématographiques que musicales qui procure un plaisir immédiat, presque viscéral. En seulement une dizaine de films, le réalisateur de "Reservoir Dogs",  "Pulp fiction" (palme d'or à Cannes en 1994), "Kill Bill" et plus récemment de l'excellent "Django Unchained" a su imposer une marque de fabrique reconnaissable au premier coup d'oeil. Un vrai Sergio Leone des temps modernes.
Bande annonce de "Django Unchained" de Quentin Tarantino en vost
 
Rien que pour vous faire plaisir et vous donner un petit avant-goût de la "nuit Lumière", on vous propose de revoir un des moments les plus emblématique du "non sens" des Monty Python avec cet extrait de "Sacré Graal !" reconnaissable entre mille. 
Extrait de Monty Python : "Sacré Graal !" - Le chevalier noir