Présidentielle : 180 artistes dénoncent "un silence pesant" sur la culture

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/02/2017 à 19H01, publié le 21/02/2017 à 18H08
Une scène du ballet "Roméo et Juliette" par la troupe de l'opéra d'Iekaterinbourg, à Moscou (17 février 2017)

Une scène du ballet "Roméo et Juliette" par la troupe de l'opéra d'Iekaterinbourg, à Moscou (17 février 2017)

© Kirill Kallinikov / Sputnik / AFP

Quelque 180 artistes et créateurs, dont les cinéastes Costa-Gavras, Catherine Breillat et les acteurs Emmanuelle Bercot et Patrick Braoudé, dénoncent dans une tribune "un silence pesant sur la culture" dans la campagne présidentielle.

Dans un texte publié par Le Huffington Post mardi, les signataires s'adressent "à celles et ceux qui prétendent aux plus hautes fonctions de la République", en l'occurrence celles et ceux qui se présentent en mai prochain à la prochaine course à l'Élysée.

"Faire de la culture un enjeu politique"

Ils leur lancent ainsi "un appel à la conscience et à la responsabilité pour construire l'avenir", "un appel à faire de la culture un enjeu politique". "Sans ses auteurs et ses artistes, sans ses œuvres, sans sa langue, la France ne serait pas ce qu'elle est. Il y a aussi une conviction : notre politique culturelle, aussi efficace et indispensable soit-elle, n'a jamais été confrontée à autant de défis", peut-on lire dans cette tribune.

Les auteurs du texte s'inquiètent du glissement du statut des œuvres culturelles au fil des ans : "À trop négliger l'idée que les œuvres n'étaient pas des biens comme les autres et à oublier qu'il faut une diversité d'auteurs pour assurer une diversité culturelle, une forme de banalisation de la culture a prospéré : l'art et la culture ont été rebaptisés +industries créatives+, les œuvres sont devenues des +contenus+ et les spectateurs se sont transformés en +consommateurs+."

Des défis importants à relever

Parmi les défis à relever "contre les faiblesses de l'action publique", figurent, selon les signataires, "des risques de désengagements budgétaires, des inégalités criantes envers les femmes et les minorités, une frilosité à soutenir la diffusion des œuvres et un financement fragile pour un service public de télévision qui se doit d'offrir une création diverse et audacieuse".

Les dramaturges Alain Sachs et Éric Assous, les cinéastes Radu Mihaileanu, Christian Carion, Philippe Lioret et Eric Toledano, l'actrice Salomé Lelouch, le chorégraphe Daniel Larrieu et le compositeur Philippe Hersant comptent aussi parmi les signataires du document, tout comme .