Mort de la comédienne de cinéma et de théâtre Nicole Courcel

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/06/2016 à 17H51, publié le 26/06/2016 à 12H20
Nicole Courcel dans "Papa, maman, la bonne et moi" de Jean-Paul Le Chanois (1954)

Nicole Courcel dans "Papa, maman, la bonne et moi" de Jean-Paul Le Chanois (1954)

© Champs-Élysées Productions / Co / Collection ChristopheL

Découverte par Jacques Becker pour son "Rendez-vous de juillet" en 1949, révélée au grand public par "Papa, maman, la bonne et moi" de Le Chanois, Nicole Courcel s'est imposée au cinéma et au théâtre dans les années 1950 et 1960. Dans une cinquantaine de films et autant de pièces de théâtre, elle a été dirigée par Carné, Cocteau ou Guitry. Elle est morte samedi soir le 25 juin, à l'âge de 84 ans.

Valérie Gaget, Marc Chailleby

Née Nicole Andrieux en octobre 1931, la comédienne Nicole Courcel a été l'une des stars du cinéma, de la télévision et du théâtre français des années 1950 et 1960.

Au cinéma, elle est dirigée par Becker, Carné et Cocteau...

Son pseudonyme, Nicole Courcel, vient du nom de famille du personnage de Christine Courcel, premier grand rôle que lui offre Jacques Becker dans "Rendez-vous de juillet" en 1949. Sa carrière se déroule d'abord au cinéma dans les années 1950 où elle joue notamment aux côtés de Jean Gabin, Robert Lamoureux, Jean Marais, Jean Concteau ou Louis de Funès.

Parmi les autres films à retenir : « La Marie du port » de Marcel Carné (1949), "Si Versailles m'était conté" de Sacha Guitry (1954), "Papa, maman, la bonne et moi" de Jean-Paul Le Chanois (1954), suivi de "Papa, maman, ma femme et moi" (1955),  "Le Testament d’Orphée" réalisé par Jean Cocteau de 1959, "La Nuit des généraux" d'Anatole Litvak (1967), "L'Aventure, c'est l'aventure" de Claude Lelouch (1972), et "La Gifle" de Claude Pinoteau (1974)...

Dans les années 1970, elle quitte peu à peu le cinéma pour se consacrer davantage au petit écran avec de jolies adaptations comme "Madame Bovary" de Pierre Cardinal, ou le "Dialogue des Carmélites" ainsi qu'avec des séries aussi populaires comme "Les Boussardel", "La vallée des peupliers" ou "Les Thibault". 

... et au théâtre par Félicien Marceau ou Claude Régy

Sa carrière est également importante au théâtre : on la voit notamment dans "La Bonne Soupe" de Félicien Marceau (1958), mise en scène par André Barsacq, "Au revoir Charlie" d'Axelrod, mis en scène par François Périer en 1965 ou encore dans "Les Quatre Saisons" d'Arnold Wesker, mises en scène par Claude Régy en 1968.
 

 

En 1980, Nicole Courcel a publié aux Éditions Robert Laffont en 1980 "Julie tempête", un recueil de souvenirs dédié à sa fille l'animatrice de télévision Julie Andrieux.