Mort de Dora Doll, actrice à la filmographie phénoménale

Par @Culturebox
Publié le 17/11/2015 à 09H55
L'actrice Dora Doll au festival de Cannes, 1960

L'actrice Dora Doll au festival de Cannes, 1960

© UPI / AFP

La comédienne Dora Doll,figure familière du petit comme du grand écran, qui au cours de 70 ans de carrière tourna avec des réalisateurs majeurs comme Abel Gance, Jean Renoir, Marcel Carné ou Henri-Georges Clouzot, est décédée dimanche soir dans le Gard à l'âge de 93 ans, a annoncé sa fille lundi à l'AFP.

L'actrice, qui avait fait une chute il y a quelques semaines, s'est éteinte dimanche peu avant minuit, à Saint-Gilles, dans le Gard, où elle habitait avec sa fille unique. "Maman était très belle mais c'était aussi une actrice au registre très large", a rappelé Danièle Pellegrin-Jullian, née de son union avec l'acteur Raymond Pellegrin. Née en 1922 à Berlin, Dorothea Hermina Feinberg arrive très jeune, avec ses parents, à Paris.

Elle fait d'abord de la figuration, dès la fin des années 30, dans des films de Marc Allégret ou Marcel Carné. Puis elle enchaîne les rôles après la Guerre, bâtissant une filmographie phénoménale, dirigée par les plus grands réalisateurs. Habituée des seconds rôles - prostituée, patronne de café, comtesse... - elle jouera dans quelque 150 longs-métrages, sous la direction d'Abel Gance, Julien Duvivier, Jean Renoir (French Cancan), Clouzot (Quai des Orfèvres) mais aussi plus tard Henri Verneuil, Philippe de Broca, Bertrand Blier, Claude Chabrol.

"Sur un tournage, c'était un porte-bonheur"

Dans Diabolo Menthe (Diane Kurys, 1977), Dora Doll est la prof de gym. Elle joue aussi en 1958 dans le Bal des maudits, un film de guerre américain d'Edward Dmytryk. Son dernier film de cinéma sera Jacquou le Croquant de Laurent Boutonnat (2007). "Dora était une formidable camarade, une actrice de grand talent dont la carrière de plus de 70 ans, ne s'est pas arrêtée avec sa jeunesse", a dit à l'AFP Frédérique Hébrard qui lui a écrit plusieurs rôles dans ses sagas TV dont "Le Château des Oliviers". "Elle a été une bombe sexuelle au début, mais savait tout jouer. Elle a été tout aussi parfaite en femme mûre.

Sur un tournage, c'était un porte-bonheur", se souvient la romancière. "Dora Doll a tourné dans +French Cancan+ et +Touchez pas au grisbi+ et combien d'autres, des rôles de putains au grand coeur ou de prostituée bon enfant où sa nature généreuse s'épanouissait", a dit lundi à l'AFP l'ancien président du Festival de Cannes, Gilles Jacob.
"La première fois que je l'ai vue, c'était au théâtre dans 'Jésus la caille' avec Jeanne Moreau et Philippe Lemaire", se souvient-il. A la télévision, on l'a vue dans des dizaines de téléfilms et feuilletons : Maigret, Médecins de nuit, ou plus récemment L'instit ou Cap des pins. Habituée des planches de théâtre, elle joua dans une vingtaine de pièces. Les obsèques de Dora Doll se dérouleront à Saint-Gilles jeudi à 16h.