Le réalisateur portugais José Fonseca e Costa est mort

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/11/2015 à 09H40, publié le 02/11/2015 à 09H27
Victoria Abril dans "Sem sombra de pecado" de José Fonseca e Costa

Victoria Abril dans "Sem sombra de pecado" de José Fonseca e Costa

© photo12.com - Collection cinéma / AFP

Le réalisateur portugais José Fonseca e Costa, un des pionniers du mouvement antifasciste "Cinéma nouveau", est décédé dimanche à l'âge de 82 ans dans un hôpital de Lisbonne, a annoncé son producteur Paulo Branco.

Selon la presse portugaise, José Fonseca e Costa est mort des suites d'une pneumonie.
              
"Malgré sa maladie, il a tenu à poursuivre le tournage de son ultime oeuvre, "Axilas", basée sur une nouvelle de l'écrivain Ruben da Fonseca, qu'il a quasiment terminée", a indiqué Paulo Branco à l'agence de presse Lusa.
"Cinco dias, cinco noites" de José Fonseca e Costa, la bande-annonce


Assistant de Michelangelo Antonioni             

Né à Huambo en Angola le 27 juin 1933, José Fonseca e Costa a suivi des cours à la Faculté de droit de l'Université de Lisbonne entre 1951 et 1955  avant de se consacrer entièrement au 7e art.
              
Opposant à l'Estado Novo, le régime dictatorial de Salazar, il a été emprisonné par la PIDE, la police politique, en 1960, avant de partir l'année suivante pour l'Italie, où il est devenu l'assistant du cinéaste Michelangelo Antonioni dans "L'éclipse".
              
De retour au Portugal en 1964, il a fondé le Centre portugais du cinéma et commencé à tourner des documentaires et films publicitaires, puis des oeuvres de fiction, une vingtaine au total.
"A mulher do próximo" de José Fonseca e Costa, extrait


"Kilas, le méchant de l'histoire", un succès populaire au Portugal

Sa carrière cinématographique a été notamment marquée par "Le message" ("O Recado", 1972), "Les démons d'Alcacer Quibir ("Os Demónios de Alcácer Quibir", 1977), sur le colonialisme, et "Cinq jours, cinq nuits" ("Cinco Dias, Cinco Noites", 1996). Il a reçu le prix Colón de Oro du festival de cinéma ibéro-américain de Huelva (Espagne) en 1988 pour "A Mulher do Próximo".
              
Mais le grand public retiendra surtout le film "Kilas, le méchant de l'histoire" ("Kilas, o Mau da Fita", 1981), un des plus grands succès populaires du cinéma portugais.