Nate Parker, réalisateur de "The Birth of a Nation", rattrapé par une affaire de viol

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/08/2016 à 19H27, publié le 25/08/2016 à 19H11
Nate Parker en février 2016 lors des 68e "Directors Guild Of America Awards" .

Nate Parker en février 2016 lors des 68e "Directors Guild Of America Awards" .

© Alberto E. Rodriguez / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Il y a deux semaines, le réalisateur noir américain Nate Parker avait le monde à ses pieds pour la sortie très attendue de son film traitant de l'esclavage, "The Birth of a Nation", qui pourrait rafler plusieurs Oscars. Mais cette sortie prévue en octobre pourrait être compromise par l'émergence de nouveaux détails sur des allégations de viol, dont l'homme a été pourtant acquitté il y a 15 ans.

Les débuts derrière la caméra de l'acteur Nate Parker ont été particulièrement remarqués. Le film "The Birth of a Nation" portant sur l'une des plus importantes rébellions d'esclaves aux Etats-Unis, a en effet trouvé beaucoup d'écho dans un pays traumatisé par la mort d'hommes noirs non armés sous les balles de policiers en majorité blancs, et divisé sur l'immigration.

Acquitté, Nate Parker croyait l'affaire derrière lui

Mais depuis la semaine dernière, le ciel n'est plus au beau fixe pour le comédien et réalisateur, car une sombre histoire de viol que Parker croyait derrière lui réapparaît soudain. Nate Parker, âgé aujourd'hui de 36 ans, et Jean Celestin, co-scénariste du film, et autrefois son co-locataire, ont été accusés d'avoir violé une jeune fille de 18 ans à l'université Penn State en 1999. Elle était inconsciente après une nuit de beuverie. Parker a été acquitté en 2001. Mais Celestin a été condamné à 6 mois de prison pour agression sexuelle avant que sa condamnation ne soit annulée en appel car la victime avait refusé de témoigner à nouveau. Cette affaire a ressurgi la semaine dernière en couverture du magazine Variety, qui a révélé que la victime s'était suicidée en 2012 dans un centre de désintoxication.

Bien qu'il ne soit pas prouvé à ce stade que son suicide, à l'âge de 30  ans, soit lié à ces allégations de viol, des questions ont émergé sur le comportement de Parker et Celestin.  Selon la jeune femme, les deux colocataires l'avaient harcelée et suivie après son dépôt de plainte pour viol. Elle a accusé l'université de ne pas l'avoir suffisamment protégée, obtenant de l'institution une compensation de 17.500 dollars. Parker a exprimé sur Facebook son "profond chagrin" à l'annonce du suicide de la jeune femme, et plaidé à nouveau son innocence.

Sortie du film menacée d'être reportée

"The Birth of a Nation", qui a remporté le prix du grand jury au festival du film indépendant de Sundance, sera présenté au public pour la première fois au festival international du film de Toronto, avant de sortir en salles aux  Etats-Unis le 7 octobre. Mais Fox Searchlight, qui a acheté le film 17,5 millions de dollars après Sundance, n'exclut pas de reporter sa sortie si le scandale devait empiéter sur la promotion du long-métrage.

L'American Film Institute a annoncé le 23 août le report d'une projection et d'un débat avec l'acteur et réalisateur prévus le 26 août à Los Angeles, compte tenu des "points de vue passionnés" suscités par le film. "A ce stade, sur la base de ce que je lis, je ne voterais pas pour ce film", a fait savoir de son côté Marcia Nasatir, membre de l'Académie des Oscars, au journal Hollywood Reporter.

L'affaire est-elle liée à la polémique sur les minorités ?

Mais deux réalisateurs noirs cités par Variety se sont demandés si cette affaire ne refaisait pas surface pour "empêcher que l'on parle d'une très importante oeuvre d'art". Cette polémique intervient après que l'Académie des Oscars a été accusée l'an dernier de ne pas avoir nommé d'acteurs ou de réalisateurs noirs pour concourir aux célèbres récompenses du cinéma.

Le Women's Law Project, qui représentait la victime, n'appelle pas à boycotter le film. Sa directrice Carol Tracy explique qu'il est important que Nate Parker puisse aller sur les campus parler de son film mais qu'il doit être prêt à répondre aux allégations de viol.