Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Le festival du Film Rhônalpin récompense « La religieuse »

Publié le 15/04/2013 à 14H44, mis à jour le 15/04/2013 à 14H59
Pauline Etienne est Suzanne Simonin dans "La religieuse"

Pauline Etienne est Suzanne Simonin dans "La religieuse"

© Les Films du Worso, Belle Epoque Films, Versus Production
Le 12e festival du Film Rhônalpin a décerné son prix long métrage samedi 13 avril 2013 à « La religieuse » de Guillaume Nicloux. Le jury, présidé par la comédienne Fanny Bastien, a par ailleurs récompensé « Argile » de Michael Guerraz dans la catégorie des courts métrages.
Par Jean-Francois Lixon

A lire aussi

Thématiques liées

Pour sa douzième édition, le festival du Film Rhônalpin de Sain-Bel, à une vingtaine de kilomètres de Lyon, a permis à un jury d’une dizaine de spectateurs présidé par la comédienne Fanny Bastien, de choisir entre six longs métrages et 7 courts. Ils avaient pour mission de décerner un prix dans chacune des deux catégories. "La religieuse" de Guillaume Nicloux, sorti le 20 mars 2013, a remporté le prix dans la première catégorie, "Argile " de Michael Guerraz, dans la seconde.

Extrait de "La religieuse"

 
Le critère rhônalpin
Pour qu’un film puisse figurer dans la sélection de ce festival, il doit, par un biais ou un autre être en lien avec la région Rhône-Alpes qui compte huit départements (Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Loire, Rhône, Savoie et Haute-Savoie). C’est ainsi que l’un des films, « Goodbye Morocco » dont l’action se situe intégralement au Maroc a pu quand même figurer dans la sélection pour plusieurs raisons. Son producteur est lyonnais certes, mais les intérieurs ont été filmés dans la région : au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, à Villeurbanne ou encore au château des frères Lumière.
 
Longs métrages
La sélection des longs métrages, fort éclectique, comportait des films déjà sortis sur les écrans et d’autres, que le grand public découvrira au fil des mois à venir. Outre « La religieuse » de Guillaume Nicloux, déjà sorti et prix 2013, les spectateurs de cette édition ont pu voir « La tendresse », un road movie émouvant de délicatesse signé de la cinéaste belge Marion Hänsel et qui sortira en octobre prochain, « David et Madame Hansen », d’Alexandre Astier avec lui-même et Isabelle Adjani, « 11,6 » de Philippe Godeau avec François Cluzet dans le rôle du convoyeur Toni Musulin, "Goodbye Morocco" de Nadir Moknèche et enfin le seul film d'animation de cette sélection "Le jour des Corneilles" de Jean-Christophe Dessaint.

Courts métrages
Le prix est allé à un film d'une durée de 18 minutes 30, "Argile", l'histoire d'un moment partagé entre une vieille femme aveugle, sculptrice sur argile, et son jeune modèle. Un tête à tête qui pourrait être sulfureux mais qui, entre gêne et curiosité, laisse le spectateur se demander s'il a à faire à un duo ou à un couple.

Edith Scob et Laurent Delbecque dans "Argile"
Edith Scob et Laurent Delbecque dans "Argile" © Les Films du Cygne

Les autres films en compétition étaient "Fais moi signe" de Gabrielle Rozsaffy et Frédéric Sauzay, "Rewind" de Benjamin Lapierre, "Champagne" d'Olivier Ducray, "Réactions en chêne" de Luc Serrano. "L'air des bois", de Neil Moriceau et "Ana Luna" de Fabrice et Cédric Roulliat.

Un petit festival astucieux et débrouillard
Le festival du Film Rhônalpin, il faut le dire, est un modeste évènement. Sain-Bel, à 25 kilomètres de Lyon est une jolie petite bourgade qui hésite entre ville et campagne. Elle possède son cinéma, le Strapontin, l'une des plus anciennes salles de la région, passée récemment au numérique 7.1. le festival, comme la salle, est géré par les membres d'une association. Cette équipe, sous la présidence de Serge Rivron, se montre soucieuse d'apporter le cinéma et son actualité jusque dans cette jolie campagne rhôdanienne. Elle y parvient bien, maintenant son cap cinéphile et associatif avec réussite puisque le festival en est aujourd'hui à sa douzième édition. Eu égard à ses moyens excessivement limités, la distinction remportée par les films primés ne se traduit par aucune récompense pécuniaire. Il est pourtant plus que symbolique puisque le jury est composé en grande majorité de simples spectateurs cinéphiles et impliqués.

 

Tous les lives