Le festival de cinéma de Douarnenez met à l'honneur "les peuples de Turquie"

Par @Culturebox
Publié le 19/08/2016 à 19H48
Les "Peuples de Turquie" à l'honneur au 39e Fertival de Cinéma de Douarnenez.

Les "Peuples de Turquie" à l'honneur au 39e Fertival de Cinéma de Douarnenez.

© DR

La 39e édition du festival de cinéma de Douarnenez, qui s'est ouvert vendredi pour huit jours, témoigne de la création artistique et des luttes des Kurdes, des Alevis ou encore des Arméniens, autour de projections, débats, expositions et concerts. Depuis ses débuts en 1978, ce festival s'interroge sur les revendications linguistiques, culturelles et politiques des minorités du monde.

Le programme fait écho involontairement à l'actualité

"D'habitude, on n'est pas en lien avec l'actualité. On est d'abord un festival de cinéma, mais là, l'actualité nous a rattrapé", souligne Yann Stéphant, directeur du festival, en référence au putsch manqué en Turquie du 15 juillet.

"Avant même le coup d'Etat, la question des libertés publiques, de la liberté d'expression, en particulier celle des droits humains en Turquie, nous inquiétait", assure Yann Stéphant, interrogé par l'AFP. "Des invités ont été arrêtés dès avant le coup d'Etat, notamment des journalistes", souligne-t-il.

De la fin de l'Empire Ottoman à Ataturk

Le festival, l'un des plus anciens de France, a prévu notamment cette année d'évoquer l'histoire de la Turquie en partant de la fin de l'Empire ottoman jusqu'à la constitution de l'Etat turc.

Au total, ce sont près de 150 films, de tous les formats et de tous les genres, sont projetés dans quatre salles jusqu'au 27 août. Parmi ceux-ci, environ 70 portent sur la Turquie, dont "Une histoire de fou" (2015) de Robert Guédiguian sur le génocide arménien en 1915, ou le documentaire "Bakur" (2015) qui propose un regard de l'intérieur sur le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation kurde illégale.

Partir de Bretagne puis aller se frotter à d'autres cultures

En dehors de ces projections, des débats sur des sujets de société ou des questions politiques, des expositions, de la littérature et des concerts animent l'événement, qui comptabilise quelque 16.000 entrées payantes.

La spécificité du festival de cinéma de Douarnenez, cité portuaire du Finistère de 15.000 habitants, est de présenter les films produits dans l'année en Bretagne "pour aller ensuite se frotter à l'ailleurs, c'est à dire à d'autres cultures, d'autres minorités, d'autres peuples", explique son directeur.



Né en 1978, le festival s'interroge depuis ses débuts sur les revendications linguistiques, culturelles et politiques des minorités du monde, en écho à la lutte pour la survie de la culture et de la langue bretonnes. Il s'est intéressé aussi bien aux minorités européennes (pays celtiques, Pays Basque, Catalogne) qu'aux minorités lointaines (Tibet, Aborigènes d'Australie), aux peuples sans territoires (Yddishland, Palestine, Kurdistan) ou encore à de grandes thématiques telles que la mondialisation, l'immigration ou la colonisation.