Le cinéma français en force au festival de Toronto

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/07/2014 à 17H13, publié le 23/07/2014 à 17H11
Régis Wargnier (mai 2013 à Cannes) et François Ozon (à droite. Mars 2014 à New York)

Régis Wargnier (mai 2013 à Cannes) et François Ozon (à droite. Mars 2014 à New York)

© PHOTOPQR/LE PARISIEN et AFP

Le cinéma européen et particulièrement français sera bien représenté début septembre au Festival international du film de Toronto (TIFF) où Ozon et Wargnier viendront montrer leur dernier long métrage aux côtés des Nord-Américains Mike Binder, Bennett Miller dernière Palme d'or du meilleur réalisateur ou encore Jean-Marc Vallée.

300 films, dont 37 en premières mondiales, seront projetés du 4 au 14 septembre dans la métropole canadienne où des dizaines de stars d'Hollywood sont attendues sur les tapis rouges. Plus grand festival de cinéma en Amérique du Nord, sans compétition officielle mais seulement un prix du public, le TIFF constitue un baromètre infaillible avant la saison des Oscars. "Cette année nous accueillerons des réalisateurs venant de France, d'Allemagne, de Chine, de Grande-Bretagne ou des Etats-Unis", note Cameron Bailey, directeur artistique et responsable de la programmation.
"Dallas Buyers Club" : la bande-annonce
En 2013, le long métrage "Dallas Buyers Club" du Québécois Jean-Marc Vallée y avait ainsi été dévoilé en grande première. Quelques mois plus tard, il était récompensé par trois statuettes à Los Angeles. Le réalisateur canadien présentera "Wild" lors de cette 39e édition, une adaptation du livre de Cheryl Strayed, autobiographie d'un long voyage introspectif de 2.000 km pour cette ancienne dépendante à l'héroïne interprétée à l'écran par Reese Witherspoon.

La star américaine sera aussi à l'affiche de "The Good Lie" du Québécois Philippe Falardeau pour une comédie dramatique basée sur des jeunes réfugiés soudanais et dont la sortie est prévue en octobre. 
De François Ozon (France), avec : Fabrice Luchini, Ernst Umhauer, Kristin Scott Thomas, Emmanuelle Seigner,  Jean-François Balmer - 1h45 - Sortie : 10 octobre   Lire la critique
De nombreux Français y présentent leur dernier film

Les réalisateurs français François Ozon et Régis Wargnier, comme le tandem Olivier Nakache et Eric Toledano, présenteront leur dernier film. En habitué du TIFF ("Dans la Maison", "Jeune et Jolie"), François Ozon revient avec "Une nouvelle amie", un film policier attendu sur les écrans le 5 novembre 2014 avec Romain Duris, Anaïs Demoustier et Raphaël Personnaz. Celui-ci est également de la distribution du film de Régis Wargnier "Le Portail" qui, deux décennies après son "Indochine" se replonge au Cambodge pour l'adaptation du roman éponyme de l'anthropologue François Bizot et de sa rencontre avec un ancien responsable khmer rouge.
Trois ans après "Intouchables" et forts de ce succès planétaire, Olivier Nakache et Eric Toledano vont présenter à Toronto "Samba", long métrage dont la sortie est prévue en novembre. Cette comédie avec Omar Sy, dans le rôle principal d'un sans-papiers, réunit Charlotte Gainsbourg, Tahar Rahim et la chanteuse Izia Higelin pour son deuxième film après "Mauvaise Fille" pour lequel elle a remporté le César du meilleur espoir féminin.

Si les organisateurs n'ont pas encore dévoilé le nom du film d'ouverture, ils ont; en revanche, prévu le long métrage britannique "A Little Chaos" pour la projection de clôture le 14 septembre. Kate Winslet y interprète une paysagiste chargée de dessiner les fontaines des jardins de Versailles par le roi Louis XIV, rôle tenu par Alan Rickman le réalisateur du film.

Le festival est aussi de premières nord-américaines comme le film chinois "Coming Home" de Zhang Yimou ou du français "Loin des Hommes" de David Oelhoffen. Auréolé en mai à Cannes du prix de la mise en scène pour "Foxcatcher", le réalisateur américain Bennett Miller assurera la promotion du film au Canada. A noter la présentation du film d'animation "Le Prophète", tiré des écrits du poète libanais Khalil Gibran et dont des extraits avaient été projetés à Cannes par l'actrice mexicaine Salma Hayek, à la fois voix dans le film et sa productrice.