La pétition de soutien à Sony lancée par Clooney fait chou blanc à Hollywood

Par @Culturebox
Publié le 19/12/2014 à 17H06
George Clooney tourne Jules César à Los Angeles, 4 décembre 2014

George Clooney tourne Jules César à Los Angeles, 4 décembre 2014

© Cousart/JFXimages/sipa

Une pétition lancée par l'acteur américain George Clooney auprès de patrons de l'industrie américaine du cinéma pour soutenir Sony, victime d'un piratage informatique et de menaces, a fait chou blanc, a indiqué l'acteur, expliquant que la "crainte" avait dominé.

"Nous regardions un groupe être totalement calomnié, et personne ne s'est levé", a déclaré George Clooney au site Deadline Hollywood, spécialisé dans les informations de l'industrie du divertissement.

"Personne n'a voulu être le premier à signer"

L'acteur américain a précisé avoir adressé sa pétition à un "très grand nombre de  personnes. En gros, tous les patrons" de l'industrie du cinéma. "La vérité est que quand vous avez un ou deux (signataires), alors tout le monde monte à bord.  (...) Là, personne n'a voulu être le premier à signer". Un refus suscité par la "crainte" mais "ça pourrait arriver à n'importe quelle industrie", a-t-il poursuivi.

La pétition, citée en intégralité par George Clooney, spécifiait qu'il ne s'agissait pas "seulement d'une attaque contre Sony. Elle concerne tous les studios, toutes les chaînes, toutes les industries et tous les habitants de ce pays". "C'est la raison pour laquelle nous soutenons la décision de Sony de ne pas céder aux demandes de ces pirates informatiques", poursuit le texte, expliquant que "céder à ces criminels ouvrirait la porte à n'importe quel autre groupe qui veut menacer notre liberté d'expression, nos libertés individuelles et notre vie privée".

Des concurrents très peu solidaires...

George Clooney a relevé que Sony avait annulé la sortie prévue le 25 décembre du film "L'interview qui tue", comédie satirique sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un, "parce que les chaînes de cinéma ont décidé de ne pas le projeter". Et de souligner au passage que les concurrents de Sony "étaient probablement très heureux car ils ont la sortie de leurs propres films dans les mêmes  cinémas pour Noël". 

S'adressant à Sony, l'acteur a plaidé: "Mettez-le sur internet. Faites tout ce qu'il faut pour que ce film soit diffusé". "Nous ne pouvons pas nous laisser dire par Kim Jong-Un (...) que nous ne pouvons pas voir quelque chose". C'est  "très dangereux". "Nous n'avons pas besoin de censure dans cette industrie", a-t-il souligné, craignant que cette affaire n'incite les studios américains à une extrême frilosité à l'égard des films polémiques.

"En général, lorsque vous faites des films comme ça, des films critiques, vous n'allez pas voir les studios" pour le financement mais ils sont  nécessaires pour la distribution, a-t-il relevé. "Nous allons avoir beaucoup plus de mal à trouver un distributeur maintenant. Ça donne froid dans le dos".